Pascale Bailly

Entretien réalisé le 23 septembre 2001 à propos de son film Dieu est grand, je suis toute petite

 
   


Propos recueillis par Clémentine Gallot
23-09-2001  
 
   

Pourquoi avoir choisi de vous intéresser à la religion vue à travers les expérimentations d'une grande adolescente ? (Michèle, incarnée par Audrey Tautou)

Pascale Bailly : Michèle est adolescente et à partir du moment où elle va mal, (après son avortement) elle est en quête d'identité : ne trouvant pas de réconfort dans sa religion, le catholicisme, j'imaginais qu'elle croisait un copain qui lui disait " ça va aller mieux, lis ce bouquin sur le bouddhisme, tu verras ça va te remonter le moral : "tendre vers le rien", tout ça, tu vas voir c'est super ", etc. Je n'ai pas mis la scène dans le film, mais c'était comme ça dans ma tête : j'avais fait une scène où elle avait vingt ans, c'était son anniversaire et le copain lui donnait le bouquin. Donc cela se passe un peu au hasard d'une rencontre, comme dans la vie : on va mal et un pote nous dit qu'on devrait faire ci ou ça, faire du yoga.
Parce qu'elle a l'impression que le bouddhisme ne marche pas, et qu'elle rencontre François (Edouard Baer), qui est juif, elle se dit
" pourquoi ne pas essayer ça aussi ? "

Est-ce qu'il y a une part autobiographique dans cette quête religieuse ? Vous avez dit dans une interview que vous n'alliez pas très bien à cet âge.

P. B. : Non, ce n'est pas du tout autobiographique dans ce sens là : quand on réfléchit à un personnage, les choses " viennent ". Il me parait évident que quand on ne va pas bien, à n'importe quel âge d'ailleurs, on peut supposer que la religion va nous aider.

Je trouve le personnage de Matthieu Demy (l'ex de Michèle) très attachant ; je voudrais savoir pourquoi vous l'avez choisi ?

P. B. : J'aime beaucoup Matthieu Demy, je trouve qu'il a ce qu'ont les autres acteurs dans le film : il est toujours désespéré et il fait rire en étant désespéré. Il sait le faire, il est drôle et en même temps très émouvant, c'est vraiment un bon acteur.

Comment en êtes-vous venue à faire ce métier ?

P. B. : J'ai commencé à faire de la figuration quand j'avais 17 ans, puis j'ai fait des stages de montage sur des téléfilms, un stage de scripte… J'ai été scripte pendant quelques années, mais j'en ai eu marre et un jour j'ai tout largué pour faire de la photo. J'ai fait beaucoup de presse, puis je suis revenue au cinéma en tant que photographe de plateau. Comme je ne travaillais pas beaucoup, j'écrivais à mes heures perdues : c'est à cette époque que m'est venue l'idée de Comment font les gens (le film est sorti en 1992).
J'ai alors vendu tout mon matériel de photo parce que je n'avais plus d'argent. Après, le choix était fait. Puis j'ai reçu de l'argent du Centre (Centre National de la Cinématographie.) pour réaliser mon court métrage. En fin de compte, tout ce que j'ai appris m'a servi : même mes cours de danse. Certes j'ai raté l'IHDEC deux fois mais j'ai quand même travaillé sur au moins quinze courts-métrages, de plus je vois énormément de films - moins depuis que j'ai ma fille - et je vois de tout ; je suis très bonne spectatrice.

Cinélycée s'adresse au lycéens : auriez vous des conseils pour ceux qui veulent faire du cinéma ?

P. B. : De faire la FEMIS ! Moi je suis venue avant, à l'époque de l'IHDEC. Maintenant, pour les jeunes réalisateurs, même s'ils n'ont pas tous fait la FEMIS, c'est vraiment un bon moyen d'y arriver. Il ya sûrement d'autres moyens mais je ne les connais pas. Je suppose que si l'on est extrêmement doué, qu'on envoie un scénario à tout Paris, et qu'un producteur appelle, bon, ce sont des choses qui peuvent arriver. Pour ce qui est d'apprendre à faire du cinéma, j'ai l'impression que si je n'avais pas suivi mon parcours, je n'aurais pas appris à faire des plans ou à diriger des acteurs. Je suis épatée quand je vois quelqu'un de 23 ans faire un film où les acteurs sont très bons : je me dis " mais où est ce qu'il a appris ça ? ". Aujourd'hui, les jeunes sont littéralement " tombés " dans l'image quand qu'ils étaient tout petits : moi je n'avais pas la télé donc j'ai découvert l'image à 20 ans, je suis décalée par rapport à eux. En tout cas il faut vraiment essayer de regarder un maximum de films, décortiquer - c'est formidable les DVD maintenant ! - , s'imprégner, prendre des cours de théâtre. Je pense que c'est essentiel de savoir jouer : quand on est acteur on sait ce que c'est que d'être dirigé, on peut le reproduire sur d'autres. Mais la théorie, tout ça… il vaut mieux faire des vidéos, être actif !

 
         
 


Mise à jour le 13-11-2008

Pedro Costa - Dans la chambre de Vanda

Laurent Cantet : Entre les murs

Ari Folman : Valse avec Bachir

William Klein : Regards sur mai 1968

Joseph Morder : J'aimerais partager le printemps avec quelqu'un

 
   

> Sommaire des rencontres
> Version imprimable