Le vol du Phoenix
Flight of the Phoenix

Film américain de John Moore

Avec Denis Quaid, Giovanni Ribisi, Tyrese Gibson, Miranda Otto, Hugh Laurie





Par Henri Lanoë
 
Sortie le 11-05-2005

Durée: 1h53

 

Y a-t-il un pilote dans l'épave ?

Robert Aldrich, réalisateur qui fit des débuts remarqués dans les années cinquante avec Kiss me deadly, the Big Knife et Attack, avait réalisé la première mouture de cette histoire en 1965 avec James Steward dans le cockpit et un casting de stars. Son fils William, devenu producteur, a décidé de remaker ce film d’aventure en privilégiant les possibilités désormais infinies des effets spéciaux, ce qui nous permet d’assister, en autres, au crash spectaculaire (et assourdissant) du C-119 pris dans une tempête de sable qui ouvre le film. Ensuite le silence revient dans le désert et les scénaristes se chatouillent l’imagination pour remplir les 100 minutes suivantes.

Bien entendu, la dizaine de survivants constitue le panel traditionnel des films catastrophes : le gai, le triste, le lâche, le Noir, la femme, l’obstiné, etc.

Le scénario développe de façon presque caricaturales les vertus (souvent réelles) du peuple américain : courage, optimisme, esprit d’entreprise, goût du défi impossible, etc.

Mais chaque progrès vers le sauvetage des rescapés est immédiatement annulé par une catastrophe qui remet tout à zéro. A la longue, le principe est un peu lassant.

Mais si vous croyez réellement que dix personnes peuvent décoller du désert en s’accrochant aux ailes d’un avion rafistolé avec du scotch et des bouts de ficelle, ne vous privez pas du plaisir de voir s’envoler le Phoenix. Après tout, nous sommes dans l’année Jules Verne ! Quant aux sceptiques…

Un détail pour ces derniers : dans la première version (avant l’invasion numérique), le pilote cascadeur qui tentait de faire décoller réellement l’épave rafistolée s’est tué, à la deuxième prise, en s’écrasant. C’est peut-être pour cela que les spectateurs de l’époque croyaient davantage aux histoires que leur racontait le cinéma.