Le Silence

Film français de Orso Miret

Avec Natacha Régnier, Mathieu Demy





Par Henri Lanoë
 
Sortie le 29-12-2004

Durée: 1h44

 

Omerta

Pas grand’chose à voir avec le Silence d’Ingmar Bergman. Quitte à reprendre un titre existant, pourquoi pas l’Enquête corse, un peu moins célèbre ? Un mercredi viendra peut-être où nous verrons un nouveau Chantons sous la pluie ou un Quai des brumes sans rapport avec l’original. Qui sait ?

Le sujet d’Orso Miret, teinté d’autobiographie, décrit les tourments d’Olivier, parisien en vacances dans l’île natale de sa mère, qui est témoin d’un meurtre et se demande s’il doit aller dénoncer le coupable à la police. Une fois de plus, pareil cas de conscience ne semble exister qu’en Corse. C’est d’autant plus étrange qu’il ne s’agit pas d’un crime politique et que, dans ce cas, la protection de la communauté me semble avoir bon dos. Ladite communauté (essentiellement masculine) est surtout préoccupée par la chasse au sanglier et évoque plus une chambrée machiste que le cercle des poètes disparus : on croirait voir un scénario écrit par Brigitte Bardot tant ces traqueurs de gibier sont antipathiques. Ils sont, évidemment, conformes aux clichés dont on affuble les insulaires à l’instar des Marseillais mythifiés par Pagnol, mais au moins César, Panisse ou Fanny étaient des personnages sympathiques. Les femmes n’ont, on s’en doute, aucune place dans cet univers de mecs et Natacha Régnier, pour occuper le vide de ses journées à la maison (et justifier sa présence dans l’histoire), tente d’intéresser Mathieu Demy à sa peu apparente grossesse, mais cela ne le sort guère de son indolence mutique. Il ne retrouve un vague tonus que dans la traque du malheureux gibier. Pour les amateurs de chasse, cela donne une belle séquence dans les superbes paysages du maquis corse. Pour les autres…