L'équipier

Film français de Philippe Lioret

Avec Grégori Derangère, Sandrine Bonnaire, Philippe Torreton, Emilie Dequenne





Par Esther Castagné
 
Sortie le 03-11-2004

Durée: 1h45

 

Un visiteur indésirable

Les Bretons ne brillent pas par leur ouverture d'esprit et leur tolérance, c'est le moins qu'on puisse dire. Quand Antoine Cassendi (Grégori Derangère) arrive en 1963 sur l'île d'Ouessant pour devenir l'équipier d'Yvon (Philippe Torreton) au phare de la Jument, il se heurte à la communauté – et surtout à son versant masculin – des gardiens de phare qui ne supporte pas de voir un étranger prendre la place d'un des leurs.

L'équipe des gardiens fera même tout pour le chasser et finira par triompher. Seules les femmes trouvent du charme à ce visiteur. Il deviendra leur protégé. Pour elles, il symbolise la vie qu'elles n'auront jamais, parce qu'il vient d'ailleurs. Le drame qui se noue progressivement atteint son apogée au moment du feu d'artifice (symbolique à tous niveaux) puis dans la scène où les deux hommes sont confrontés à la mer endiablée. Cette lutte avec l'élément est aussi une lutte avec ou contre eux-mêmes et Mabé, cette femme qui les réunit et les sépare. Il est d'ailleurs intéressant de voir comment Lioret, par l'entremise du "téléphone", introduit sa présence. Sans être avec eux, Mabé (Sandrine Bonnaire) s'interpose entre son mari et son amant pour qui elle éprouve une passion inavouable. Lioret saisit au plus près les sentiments complexes des personnages qui sont souvent partagés entre leurs désirs et leurs devoirs. Il montre aussi tout le mal que peuvent faire la bêtise et l'intolérance. A contrario, les personnages qui dépassent leur animosité ou leurs blessures semblent touchés par la grâce. Les acteurs principaux traduisent bien la sensibilité à fleur de peau des personnages, qui cache parfois de secrets lourds à porter comme celui qui explique la mutilation d'Antoine.

Outre  ses qualités esthétiques, ce film est aussi la découverte d'un passé secret par un personnage à la fois extérieur à l'histoire et somme toute très impliqué. C'est à travers la lecture par la fille de Mabé du roman autobiographique de Cassendi que nous est livrée l'histoire. Alors que celle-ci s'apprêtait à vendre la maison à la mort de sa mère, cette révélation va tout remettre en question.