Collateral

Film américain de Michael Mann

Avec Tom Cruise, Jamie Foxx, Jada Pinkett Smith





Par Stéphane Malek
 
Sortie le 29-09-2004

Durée: 2h00

 

Destins croisés

Max est taxi de nuit à Los Angeles. Un soir, il embarque  Vincent, un businessman apparemment, en vérité un tueur implacable qui va l’entraîner dans une terrible virée meurtrière.

Le talent de Michael Mann n’est plus à prouver. Après l’ambitieux Heat, le très réussi Révélations et le génial Ali, voici Collatéral, que l’on peut qualifier de mineur, comme une pause dans l’œuvre du réalisateur, mais qui n’en demeure pas moins un événement.

C’est la rencontre entre deux archétypes, Max (Jamie Foxx), chauffeur de taxi ordinaire encore borné dans une sorte de « rêve américain », et  Vincent (Tom Cruise), véritable machine à exterminer en pleine quête d’indépendance. C’est la rencontre aussi (et surtout) entre deux cinémas, celui de Vincent, assassin de polar, et celui de Max, héros de drame réaliste. Lequel est un étranger dans ce film ? Est-ce Vincent, venant de nulle part, qui est de passage dans un portrait sociologique de l’américain nourri de rêves et d’inertie, ou bien est-ce Max, homme sans qualité, qui est propulsé dans l’univers létal du film noir ? Cette interaction fait la richesse du film et aurait pu le rendre absolument génial. Quelque chose se passe entre ces deux hommes que tout oppose et qui sont contraints de travailler ensemble. On sent même qu’ils arrivent presque à s’entendre malgré leur aversion naturelle réciproque.

C’est aussi le portrait d’une ville, Los Angeles. Vincent la déteste, Max en est amoureux, Mann la filme comme personne.  Il arrive à saisir parfaitement les sensations complexes et parfois trompeuses que procure ce monstre de l’ultramodernité, le manipulant à sa guise, puisant dans les ressources de son architecture variée avec notamment de très belles scènes nocturnes vues du ciel. Cet aspect documentaire, accru par l’utilisation de la caméra numérique, donne une dimension très intéressante au film. 

Où est la faille alors ? Dans l’intrigue. Le scénario ne nous épargne ni les invraisemblances (l’enquête avance comme si Los Angeles était un village de 900 habitants), ni les dialogues clichés, et encore moins les ficelles d’un rebondissement final prévisible. C’est dommage.

Tom Cruise, lui, endosse le costume d’un samouraï des temps modernes, impassible, monstre de sang-froid. La prestation  est bonne, sans bavure. Mais il lui manque une certaine maturité car, malgré ses beaux cheveux grisonnants, il y a toujours chez lui ce petit arrière-goût d’adolescent.


Collateral est un bon film. Il aurait pu être très bon. Michael Mann, par son talent encore inconnu à traiter des petits sujets, se démarque nettement des autres productions américaines du moment. C’est dommage qu’il se laisse aller trop souvent à la simplicité sans exploiter à fond des idées pourtant excellentes.