Le genre humain première partie : Les parisiens

Film français de Claude Lelouch

Avec Mathilde Seigner, Maïwenn, Arielle Dombasle





Par Esther Castagné
 
Sortie le 15-09-2004

Durée: 1h59

 

Hommes, femmes, mode d'emploi ?!

Comme chacun sait, les Parisiens sont l'emblème du genre humain, parfaitement représentatifs de la société et de la vérité de la vie. Dans Les Parisiens, qui n'ont parfois de parisien que le nom, comme cet Italien qui tient le rôle principal, Lelouch cherche encore une fois à dépeindre les rapports entre les sexes et à définir l'idée de bonheur.

Mais on se demande désormais pourquoi le réalisateur d'Un homme et une femme s'escrime à refaire en moins bien ce qu'il a déjà fait il y a presque 40 ans. Si Shar, la protagoniste du film, proclame n'avoir pas tout dit, Lelouch, lui, aurait cette fois mieux fait de dire autre chose. A l'aube du XXIe siècle, les personnages sont devenus fades, superficiels ou exaspérants ; les images ternes et les gros plans qui se succèdent selon une alternance champ/contre-champ sont l'effet d'un montage rébarbatif. Les acteurs sont eux aussi décevants à l'exception de  Mathilde Seigner, dans un (double) rôle de sœurs jumelles, et Arielle Dombasle, parfaite bourgeoise snob. Finalement on se demande si Lelouch, qui apparaît dans son film dans son propre rôle, n'a pas raison lorsqu'il dit qu'il veut filmer la vie – dans ce qu'elle a de pire – en demandant à ses acteurs de ne pas jouer. On se passerait bien aussi des chansons aux textes plats qui ponctuent le film et sont censées expliciter l'attitude des personnages. Alors, heureusement que, parmi ce pâle genre humain, il y a Dieu. Dieu ou Ticky Holgado dont le sourire nous redonne espoir.