J'me sens pas belle

Film français de Bernard Jeanjean

Avec Marina Foïs, Julien Boisselier





Par Henri Lanoë
 
Sortie le 28-07-2004

Durée: 1h25

 

Bridget Dupont

Bernard Jeanjean, comédien devenu scénariste de feuilletons, a réalisé ce premier film très réussi, loin des polars télévisés qu’il écrivait jusqu’alors. Comme quoi... Sur le thème désormais classique (sinon rebattu) des trentenaires-angoissés-par-le-célibat, il brode un scénario plein de multiples originalités . Il parvient à échapper au déjà-vu que l’on pouvait redouter après les nombreux enfants que continue d’avoir miss Bridget Jones comme Au secours, j’ai 30 ans, ou la récente pièce de Vincent Delerm, Le Fait d’habiter Bagnolet, et l’outsider 30 ans, sinon rien.

J’me sens pas belle évoque plutôt l’esprit du premier film de Bruno Podalydès, Versailles Rive Gauche. Malgré le huis clos d’un appartement et le tête à tête des deux uniques comédiens, le réalisateur réussit à éviter le piège de l’enfermement théâtral. Il nous plonge progressivement dans l’intimité de ce couple en formation grâce à l’humour imprévisible qui imprègne leur relation balbutiante et à la qualité exceptionnelle des interprètes. Rarement un film a réussi à changer de genre avec tant d’imperceptible subtilité, passant, progressivement, du registre de la comédie-farce du début à la tendre romance qui conclura (peut-être) cette rencontre, subtilité qui doit beaucoup aux deux uniques acteurs de cette comédie, Marina Foïs et Julien Boisselier. Je m’en voudrais de déflorer les péripéties de cette histoire et les trouvailles du scénariste-réalisateur afin de préserver le plaisir de la découverte jusqu’à l’excellente réplique finale du héros murmurant : « J’ai la trouille... ».

Dernier atout, et non des moindres, le film dure 1h25.