Ballistic
Ballistic : Ecks vs. Sever

Film américain de Wych Kaosayananda

Avec Antonio Banderas, Lucy Liu, Ray Park, Greg Henry





Par Erwin Zys-Launay
 
Sortie le 28-07-2004

Durée: 1h31

 

Le Kill Bill du pauvre

Premier film américain du réalisateur thaïlandais Wych Kaos, Ballistic est l’archétype du film à cascades et à sensations fortes. De l’action à l’état pur, servie par des acteurs très physiques.

Jeremy Ecks (Antonio Banderas), ancien pisteur du FBI, est contraint de reprendre du service en échange d’informations concernant sa femme disparue depuis six ans. Cette ultime mission l’oppose à l’agent Sever (Lucy Liu) qui retient en otage le fils du chef d’une des divisions secrètes des services de renseignement. Il apparaît rapidement que les motivations des protagonistes sont bien plus complexes. Sa propre femme serait même impliquée.

L’intrigue exploite une trame devenue classique à Hollywood : la thématique du complot. C’est précisément le point faible de Ballistic. Son scénario, que l’on doit à M. Alan «bide» McElroy (Détour Mortel, Halloween IV…), manque singulièrement de profondeur. Il est loin d’égaler ses prédécesseurs dans le genre, de La Dame de Shangaï d’Orson Welles à Des Hommes d’Influence de Barry Levinson.
Si le film vaut la peine d’être vu c’est plutôt pour ses scènes d’action, fort nombreuses et bien menées. Antonio Banderas et Lucy Liu offrent de ce point de vue d’excellentes prestations émaillées d’effets spéciaux à l’ancienne, c'est-à-dire réalisés en live sans recours aux images de synthèse. Le résultat est à la fois rythmé, dense et convaincant, dans la veine du style manga très en vogue en ce moment.

Ballistic se laisse regarder sans vraiment convaincre. Les qualités de réalisation auraient mérité un scénario capable de porter le film. Bref, juste un prétexte estival pour aller prendre le frais dans les salles obscures et se vider un peu la tête.