Eleni

Film international de Theo Angelopoulos

Avec Alexandra Adaini, Nikos Poursadinis, Giorgos Armenis, Vasilis Kolovos, Eva Kotamanidou...





Par Morgane Perrolier
 
Sortie le 14-07-2004

Durée: 2h50

 

De l’exode des grecs d’Odessa en 1919 (après l’entrée de l’Armée rouge dans la ville) à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, Angelopoulos raconte, dans son dernier long-métrage, le destin tragique d’Eleni, jeune femme grecque parmi d’autres.

Premier volet d’une trilogie, Eleni se penche sur le destin d’un couple, uni dans l’exil puis séparé par la guerre. Cependant le cinéaste, qui prétend réaliser une grande fresque historique concernant la première moitié du vingtième siècle, n'est pas à la hauteur de ses ambitions. Les événements de l’Histoire censés scander le destin des personnages sont à peine évoqués ; les ellipses se multiplient et la chronologie n’apparaît pas clairement. Ainsi, en dépit d’une véritable réflexion sur la période choisie, le film se concentre sur une anecdote – l’histoire d’amour entre Eleni et l’homme qu’elle aime – et tombe le plus souvent dans le cliché.

Eleni pātit d’un scénario sans épaisseur, sans dynamisme et sans saveur. Visiblement, il manque au réalisateur le sens de la dramaturgie : les scènes de musique, constituant une part importante du film, sont répétitives (presque toujours la même mélodie!), les personnages transparents et interchangeables. Les prétentions esthétisantes d’Angelopoulos (plans fixes interminables sur des champs de blé) sont indigestes et son incapacité à écrire des dialogues (peut-être dix répliques au mieux pour les deux personnages principaux pendant 2 h 50 de film) disqualifient ses talents de scénariste. Film terne et lent, Eleni ne présage rien de bon pour les deux opus à venir.