Le Convoyeur

Film français de Nicolas Boukhrief

Avec Albert Dupontel, Jean Dujardin, François Berléand





Par Frédéric-Pierre Saget
 
Sortie le 14-04-2004

Durée: 1h35

 

Du beau travail

Alexandre, la  quarantaine, cheveux rasés, teint pâle, l'air perdu, arrive à la Vigilante, une société de transports de fonds, un matin, alors qu'il fait encore nuit. Il vient de se faire engager, convoyeur de fonds est son nouveau travail. Simple ? Pas vraiment : Alexandre est beaucoup plus inquiétant qu'un simple chômeur heureux de retrouver du travail et la Vigilante est la victime de braquages à répétition.

Affiche de pseudo-superproduction franchouillarde, titre évoquant un mauvais John Woo: l'attirail publicitaire de ce Convoyeur a de quoi faire peur. Il  donnerait plutôt  envie de le laisser moisir dans son fourgon blindé sans lui rendre visite. Mais derrière l'épaisse couche de métal se cache un film aussi fin qu'un billet de 500 euros.

Boukhrief signe ici un polar de qualité. Il sait distiller les indices pour pouvoir maintenir son spectateur sous pression. Pourquoi Alexandre se fait-il embaucher pour un travail payé 1200 euros le mois puisqu'il loue, pour être logé dans la ville de l'entreprise, une chambre dans un hôtel Ibis qui lui coûte plus de 1400 euros le mois ? Les interrogations de ce type s'enchaînent: quand l'une a trouvé une réponse, une autre survient.

Boukhrief sait maintenir une constante tension, filmer les angoissants silences sans ajouter une horrible musique extra-diégétique,  il sait aussi saisir les enfilades de pilônes bétonnés étouffants. Il parvient à rendre tout le monde claustrophobe à chaque plan en intérieur d'un des camions blindés.

Le Convoyeur
n'est qu'un exercice de style mais l'exercice est réussi et cela est fort agréable, l'interprétation - extraordinaire - venant rehausser la maîtrise de Boukhrief.