L'importance d'être constant
The importance of being earnest

Film anglais de Oliver Parker
Adaptation de la pièce d’Oscar Wilde

Avec Rupert Everett, Colin Firth, Frances O’Connor, Reese Witherspoon





Par Clémentine Gallot
 
Sortie le 30-04-2003

Durée: 1h37

 

L’importance d’être cinéaste

L’importance d’être constant (1894), dernière pièce d’Oscar Wilde, repose presque entièrement sur des quiproquos, d’improbables rebondissements et des jeux de mots cocasses sur la polyphonie de " Constant " (prénom et adjectif).

Le cinéaste Oliver Parker est auteur de plusieurs adaptations de théâtre : Othello, et récemment Un mari idéal, déjà d’après Oscar Wilde. Sans audace, il exploite un duo habitué des rôles de gentlemen victorien, précieux à souhait : Rupert Everett, et Colin Firth, (Pride and prejudice, d’après Jane Austen, Shakespeare in love, et moins heureux dans Bridget Jones). Du côté des dames, Reese Witherspoon, gentille barbie permanentée, et Frances O’Connor, rêche comme une working girl, évoluent sur un registre de jeu bien pauvre.

Loin du sublime Portrait de Dorian Gray d’Albert Lewin, Parker colle au texte, platement, et l’usure du champ contre-champ aboutit à une fresque figée, fade et croûteuse comme un mauvais tableau de Constable.

The Importance of being earnest nous ferait presque croire que les mots " gentil, joli et coquin " ont quelque chose à voir avec l’œuvre d’Oscar Wilde.