Je n'ai pas peur
Io non ho paura

Film italien de Gabriele Salvatores

Avec Aitana Sanchez Gijon, Dino Abbrescia, Dego Abantantuono


Compétition officielle Festival de film de Berlin 2003


Par Clémentine Gallot
 

Durée: 1h49

 

Des craintes pourtant fondées

Gabriele Salvatores, unique représentant de l’Italie dans la compétition officielle berlinoise, fut lauréat de l’Oscar du meilleur film étranger en 1992 pour Mediterraneo - ce qui aurait dû nous mettre la puce à l’oreille.

Le produit présenté ici (car il s’agit d’un objet calibré avec autant d’amour qu’un pack de lessive) se révèle être une infâme mixture sur fond de champs de blés frémissants et de violons torturés. D’une vacuité déprimante, le scénario qui se résume à une vague histoire de kidnapping dans la campagne des Pouilles, aligne une somme de clichés impressionnante, entre téléfilm sur la mafia et publicité pour l’huile Carapelli.

Le cinéaste adopte le point de vue - forcément démago - des enfants, opposant leur innocence christique à la perfidie d’adultes dépravés et prêts à tout (escrocs en cavale, paysans, femmes au foyer sanguinaires).

Malgré un titre en apparence rassurant (Je n’ai pas peur), il est permis d’émettre quelques réserves quant à un cinéma qui, en se voulant libérateur, diffuse au contraire des images figées écoeurantes et, disons-le, réactionnaires. Si l’insécurité n’est pas dans la rue, elle est dans les films: nous l’appellerons " insécurité cinématographique ".