La vérité sur Charlie

Film américain de Jonathan Demme

Avec Mark Wahlberg, Thandie Newton, Tim Robbins, Christine Boisson.





Par Aurélie Ledoux
 
Sortie le 15-01-2003

Durée: 1h45

 

Après trois mois de mariage, Regina Lambert a décidé de quitter Charlie, épousé sur un coup de tête, et dont elle ne sait presque rien. Mais voilà qu’à son retour de vacances, elle découvre qu’elle n’aura pas besoin de demander le divorce : son mari a été assassiné et son appartement parisien dévasté. La jeune fille se retrouve alors aux prises avec la police française, un fonctionnaire de l’ambassade américaine, trois anciens acolytes de Charlie qui lui réclament une mallette de diamants volée, et un mystérieux et séduisant jeune homme qui prétend vouloir l’aider.

Les cinéphiles auront reconnu l’intrigue de Charade, le film de Stanley Donnen avec Audrey Hepburn et Cary Grant. En s’attaquant au remake de ce film culte des années 60, Jonathan Demme savait qu’une des plus grandes difficultés serait de donner un ersatz convenable du couple mythique Hepburn/Grant. Aussi n’essaie-t-il même pas. Certes, c’est une façon de contourner la difficulté… Cependant on regrettera le considérable affadissement de l’histoire d’amour, qui retombe trop souvent dans la traditionnelle " bluette sentimentale à Paris pour Américains " (pour qui le comble de l’exotisme est apparemment toujours d’aller acheter sa baguette de pain avec un béret sur la tête). Il est vrai aussi que, comparé à Cary Grant, Mark Wahlberg a autant de charisme qu’une part de flan, et que cela contribue sans doute beaucoup à ce qu’on se désintéresse de l’intrigue amoureuse…

Mais l’intérêt du film est ailleurs : dans le désir de filmer un Paris plus réaliste et coloré (malgré le coup de la baguette et du béret…) et dans les clins d’œil à l’histoire du cinéma (impossible de compter les références tellement elles sont nombreuses). Il est cependant dommage que l’ensemble ait parfois des aspects un peu " brouillons ", surtout lorsque la complexité de l’intrigue exigerait d’être compensée par la limpidité du propos.