Brocéliande

Film français de Doug Headline

Avec Elsa Kikoïne, Mathieu Simonet, Alice Taglioni, Cylia Malki, André Wilms, Vernon Dobtcheff





Par Clémentine Gallot
 
Sortie le 08-01-2003

Durée: 1h35

 

Par Toutatis…

Sans doute avez-vous remarqué la nouvelle publicité pour le label Oxford : deux étudiants se livrent bataille, dans une bibliothèque, à coups de cahiers et de crayons. Voilà à peu près de quoi relève Brocéliande (en 1 h 35 cependant).

Quand Barbie-Chloé (Elsa Kikoïne), étudiante en histoire celte, découvre qu’il se passe des trucs bizarres sur le campus, elle décide d’enquêter. Le bel Erwann (Mathieu Simonet), qui n’est pas tombé dans la potion magique quand il était petit, pour rattraper le temps perdu, se jette la tête la première dans un chaudron verdâtre et bouillonnant, avant de se transformer en vilaine bête gluante.

Le réalisateur, Doug Headline, ami et fan de Christophe Gans, a réussi à se faire léguer la carcasse de la bête du Gévaudan, et les restes du méchant Sauron de Peter Jackson.

Force est de constater que le film-d’horreur-pour-ados-à-la-Française n’a pas la pêche. Et ce malgré la présence charismatique des ex-drugstoriens Mathieu Simonet et Alice Taglioni (qui finira décapitée dans la marmite), et de la guest star Vernon Dobtcheff. Le film se présente comme un melting-pot de tous les teen-movies ou campus-movies précedents (Scream, Urban legend, Blair witch, Promenons nous dans les bois, Le Pacte des loups…). La french touch réside, ici, dans l’ancrage en la bretonne forêt de Brocéliande. Résultat : on se croirait plutôt dans un Asterix remasterisé, qui se termine par une interminable course-poursuite dans ce qui ressemble aux grottes de Lascaut.

Brocéliande ou l’art de la parodie…

Attention, crédules, ne pas tomber dans le panneau (ramix).