Davos, Porto-Alegre et autres batailles

Film franšais de Vincent Glenn

Avec Georges Saros, Kofi Annan, Candido Grzybowski, Lula da Silva…





Par Claude Gallot
 
Sortie le 08-01-2003

Durée: 1h30

 

Davos, station neigeuse huppée où tout est suisse, net, blanc, propre, ordonné, friqué, fliqué, protégé, reçoit, comme chaque année, ceux qu’il faut bien appeler les ténors du capitalisme. Par satellite et poste de télévision interposés, nous avons droit à tous les discours hypocrites, lénifiants, et bien (mal) pensants des tenants de la mondialisation, qui, malgré quelques défauts, seraient la panacée de l’humanité future.

D’après le financier Georges Soros, " les choses pourraient s’améliorer si chacun y mettait du sien ". Kofi Annan, invité alibi, jette le trouble dans l’assemblée des seigneurs, il dit : " le monde ne pourra plus longtemps accepter les injustices ".

Au même moment, comme en écho à Kofi Annan, se crée le premier Forum Social Mondial, à Porto Alegre, au Brésil. Pour Candido Grzybowski, " l’interdépendance fonctionne pour les affaires, nous demandons la citoyenneté au niveau planétaire. Par exemple à quoi sert de pratiquer l’écologie au Brésil si les Américains continuent à polluer ? ". Lulla Da Silva, édile de Porto Alegre et aujourd’hui président de la République, dit : " nous ne sommes pas prédestinés à naître pauvres et à mourir pauvres. Nous allons lutter contre ça chaque heure, chaque jour, ce siècle est celui où l’on va discuter du partage des richesses ". On se souviendra de Porto Allegre comme d’un manifeste, le début de quelque chose, et non une fin.

Le documentaire de Vincent Glenn n’est pas un film combattant comme le sont ceux de Michael Moore, il a plus de finesse. Sa narration assez laborieuse est peut-être le reflet des incohérences qui gouvernent notre planète.

Quels changements depuis deux ans ? Les grandes puissances continuent de s’emparer des ressources naturelles, des multinationales sont en faillite (un système à l’agonie), les lobbies pharmaceutiques américains refusent les médicaments génériques aux pays pauvres, etc.

Beaucoup de demandes vont rester encore longtemps sans écho. D’autres batailles se préparent.