Cool and crazy

Film norvégien de Knut Erik Jensen

Avec 30 membres du Berlevag Male Choir





Par Claude Gallot
 
Sortie le 18-12-2002

Durée: 1h45

 

 

Berlevag, un très beau petit port, au plus nord de la Norvège, victime de la crise économique (trois conserveries sur quatre ont fermé). Les pêcheurs plus ou moins désœuvrés pourraient donc connaître le désespoir : c’est tout le contraire que nous montre le documentaire de Knut Erik Jensen. Veut-il nous dire que pour faire face aux éléments déchaînés (la tempête et les fourmis de la mondialisation), la Norvège ne sait que faire la cigale ?

En effet, trente ex-pêcheurs aux vraies gueules " d’atmosphère " forment un chœur, (avec beaucoup de cœur et de talent) pour chanter dans les églises l’amour de Dieu, dans les salles de fêtes l’amour tout court, et dans les paysages sublimement gelés, l’amour de leur patrie. On parle donc beaucoup d’amour chez ces hommes rudes, devenus si doux.

Par bribes, leur histoire nous est contée. De l’ancien alcoolo drogué au directeur de la Sécurité Sociale, du vieux séducteur au jeune chauffeur de taxi, jusqu’au chef d’orchestre paraplégique, c’est toute une série de " tronches " et de caractères qui défilent devant la caméra pleine de tendresse de Jensen.

A la fin du film, le chœur est invité à donner de la voix à Mourmansk (en Russie). Dès la frontière, un débat sur le communisme s’instaure dans l’autocar : à l’extérieur, le travelling montre un véritable désastre écologique et économique. Plus tard, à la fin du récital, l’enthousiasme de la foule est bouleversant.

Retour à Berlevag, l’impression de revenir d’un autre monde, de retrouver la beauté des paysages, des maisons, la douceur de vivre, malgré le froid qui transforme les trente choristes en statues gelées. Y a-t-il là un symbole ?

Le film de Jensen est cool, mais peut-être moins crazy que le titre ne veut le dire.