Joue la comme Beckham
Bend it like Beckham

Film anglais de Gurinder Chadha

Avec Parminder Nagra, Keira Knightley, Jonathan Rhys-Meyers


Récompensé aux Festivals de Dinard, de Locarno et de Toronto


Par Marina Klimoff
 
Sortie le 04-12-2002

Durée: 1h52

 

Jess, jolie indienne vivant dans la banlieue londonienne, est un vraie fan de foot. Elle va intégrer l'équipe de son quartier, malgré ses origines et le désaccord de ses parents.

Le monde du ballon rond inspire de plus en plus les scénaristes. Après "carton rouge", "3 zéros" ou "Shaolin Soccer", voici "joue la comme Beckham". Sorti en avril 2002 en Grande-Bretagne, il a été l'un des succès surprise de l'année avec plus de 11 millions de livres récoltés dans son pays d'origine.

Jess, qui a pris l'habitude de jouer au foot au parc avec ses copains, se retrouve leader de l'équipe du quartier. Il lui faudra cacher ses entrainements et ses matchs à ses parents… Ceux ci sont très croyants et avoir une fille fan de foot n'est pas ce dont ils sont le plus fiers.

Avec Parminder Nagra alias Jess (27 ans, plutôt habituée aux séries pour la BBC, qui signe ici ses débuts au cinéma), accompagnée de sa meilleure amie, aussi folle de foot qu'elle (interprétée par Keira Knightley, 17 ans) nous nous retrouvons face à un superbe duo de "garçons manqués", au punch, au sourire et à la maîtrise du ballon irrésistibles.

Mais Joe, le très séduisant coach aux yeux bleus (Jonathan Rhys-Meyers), les fait craquer toutes les deux. Il y aura des disputes, de l'amour, de l'amitié, mais tout finira par s'arranger.

Gurinder Chadha ("What's cooking ?"), qui signe ici son deuxième long métrage, aborde avec souplesse et humour divers thèmes : la féminité, les différences culturelles, l'émancipation adolescente, l'amitié, l'amour ; sans jamais sombrer dans le cliché ou la caricature.

On ressort heureux pour ces deux filles qui réalisent leur rêve. L'interprétation, le sujet et l'originalité réussissent à nous convaincre.

"Joue-la comme Beckham" est donc un bon film, plutôt pour les jeunes, mais par la diversité de ses sujets, il plaira aux plus grands. Il faut continuer à encourager le cinéma britannique, car ce qu'il font depuis plusieurs années n'est pas mal du tout.