Juste un baiser
L’Ultimo Bacio

Film italien de Gabriele Muccino

Avec Stefano Accorsi, Giovanna Mezzogiorno, Stefania Sandrelli


Cinq David di Donatello (équivalent de nos César) dont Meilleur Réalisateur, Meilleur Second Rôle Féminin pour Stefania Sandrelli, Meilleur Montage, Meilleure Production et Meilleur Son. La critique italienne lui a également remis les prix du Meilleur Second Rôle Féminin, du Meilleur Montage et de la Meilleure Chanson. Prix du public au Festival de Sundance


Par Marina Klimoff
 
Sortie le 06-11-2002

Durée: 1h55

 

Juste un baiser, c'est l'histoire de quatre trentenaires, qui sont sur le point de comprendre que leur vraie vie commence. Fini les soirées entre copains, il faut rentrer à la maison s'occuper de femme et bébé… Mais cela, ils ne l'ont pas encore tout à fait compris, et certains ne sont même pas prêts…

Quel plaisir d'avoir à critiquer un film italien ! Depuis La chambre du fils, on n’ en avait pas beaucoup vu, voire pas du tout. De plus, quel plaisir d'avoir à critiquer un BON film italien !

En effet, ce film qui a réussi à cumuler une dizaine de récompenses rien qu'en Italie (et ça ne fait que commencer), a tout d'une œuvre d'art tellement concrète, que ne pas l'aimer serait refuser la vie que l'on mène.

Il traite ses thèmes avec une force et une réalité surprenantes. Les trentenaires, l'immaturité de l'homme italien qui n'arrive pas à sortir de l'adolescence, la difficulté de vivre à deux… Il est direct, il ne passe pas par quatre chemins pour nous dire ce qu'il pense et nous montrer sa vision des choses, qui n'est autre que la vraie vie. Et c'est sûrement pour cela que ce film a eu un très grand succès en Italie.

En fait, pour Gabriele Muccino, cela n'est pas très difficile : "C'est une façon simple d'aborder le cinéma ! Il suffit de regarder autour de soi !" dit-il. "Moi, je me contente de vieillir - ou plutôt de mûrir - avec mes films, de changer avec mes personnages". On comprend que lui aussi est acteur de ce film. Cette fois indirectement, mais il est présent.

Ce qui explique l'aisance, la fluidité et la simplicité avec laquelle ce film est tourné. C'est la réalité. On en sort très ému, voire bouleversé. C'est dur l'amour !

Toute cette émotion n'est possible que grâce à la performance détonante d'acteurs magnifiques, au sommet de leur forme et de leur art. Jouer presque leur propre rôle, c'est excitant ! Imaginez une dispute entre deux beaux italiens… C'est ça le vrai jeu d'acteur. Le tout monté sur un rythme entraînant (une fois qu'on est lancé, on ne décroche plus), "surplusé" d'une superbe musique, cela ne pouvait que marcher.

Ce réalisateur de 33 ans, qui en est à son troisième film (c'est son deuxième qui l'a fait connaître en France en avril 2000: Comme toi…) signe ici une création qui renoue avec la tradition de la comédie à l'italienne. Et grâce à son succès, il se promet un avenir cinématographique très prometteur, et très attendu par le public.

Le cinéma italien renaît. BELLISSIMA !