Bandits

Film américain de Barry Levinson

Avec Bruce Willis, Billy Bob Thornton, Cate Blanchett





Par Marina Klimoff
 

Durée: 2h02

 

Grands bandits de profession et reconnus, Joe Blake et Terry Collins s'évadent de prison avec pour unique objectif de cambrioler une petite cinquantaine de banques. Tout ça pour aller s'installer au Mexique et s’y assurer une bonne retraite. Mais une splendide femme débarque dans leur vie, (en tout bien tout honneur)...

Partie pour aller voir un film dont personne n'a réellement parlé, je m'attendais à un gros et beau produit américain, avec tous les ingrédients habituels. Mais je me suis aperçue très vite que je n'avais pas affaire à des rigolos… A notre grande surprise, on sait dès le début que les héros vont tous mourir. Alors, à partir de ce moment, on se dit "zut alors, c'est dommage de nous avoir déjà tout raconté !" Mais une fois lancés, on ne repense plus tellement à tout ça, et on se dit, de toute manière, c'est américain, donc impossible. Et on a bien raison.

Sur fond de musique entraînante (morceaux choisis et composés par Christopher Young, Bob Dylan, Bonnie Tyler ou autre Aretha Franklin), ce trio d'acteurs mythiques nous promène dans une Amérique bien connue mais non déplaisante. Ces deux gars et cette fille vont enchaîner cascades et sales coups pendant tout le film. Mais pourquoi tant de méchanceté, dira-t-on ? Eh bien, chacun n'a que ce qu'il mérite ! Les trois héros n'ont strictement rien à faire de ces règles de vie que tout le monde est censé connaître. Elles ne font pas partie de leur univers, et puis c'est du cinéma, alors bon… on ne dira rien pour cette fois.

Malgré quelques toutes petites longueurs, ce film avance à toute allure… Pendant exactement 2 h 02, on ne sera pas surpris de voir circuler autant d'argent que de "conneries". Ces "bandits"-là sont drôles, divertissants, et, disons le quand même, pleins de charme. Dommage qu'ils en soient arrivés à ce point-là de cruauté (envers les chefs de banques, en particulier). Cate Blanchett a l'embarras du choix lorsqu'il s'agit de choisir entre ces deux beaux gosses, le sexy ou l'intelligent. Elle choisit les deux, et c'est le "pompon" final.

Réfléchi, filmé avec beaucoup d'intelligence, le film est plaisant : on retrouve notre cher Barry Levinson, dont on ne se lassera jamais.

Dommage que la presse ne soit pas du même avis, on aurait pu s'attendre à une petite récompense. Tant pis !