La moitié gauche du frigo

Film canadien de Philippe Falardeau

Avec Paul Ahmarani, Stéphane Demers, Genviève Néron





Par Henri Lanoë
 
Sortie le 16-10-2002

Durée: 1h30

 

Télé-Fiction ou Ciné-Réalité ?

Voici un sympathique premier film québécois qui relate la galère de Christophe, à la recherche d’un emploi d’ingénieur, filmé non-stop dans sa vie quotidienne, de ses entretiens d’embauche à sa tendre relation avec une caissière d’hypermarché, par son colocataire, Stéphane, comédien en chômage passé à la réalisation afin de tenter d’échapper au marasme ambiant. La pression de ce tournage incessant finira par briser l’amitié des deux garçons. Notre ingénieur se retrouvera musicien à Vancouver, en attendant mieux.

Ce " document " évoque ces faux reportages télévisés où nos voisins belges sont passés maîtres, avec un zeste de Michael Moore pour la tendance anti-mondialiste mais moins de délire provocateur que les entarteurs de la pellicule. Comme nous ne connaissons pas ces comédiens, l’illusion de voir d’authentiques chômeurs confrontés aux dures exigences d’employeurs plus réels que nature est parfaite, mais la pesante et indiscrète présence de l’équipe de prise de vues laisse trop souvent place au doute.

Car, bien sûr, tout est faux et reconstitué : le filmage du film (ou le film du filmage) est dû à Philippe Falardeau, réalisateur qui vient du court-métrage. On peut seulement se demander pourquoi se donner tant de mal pour singer les défauts techniques de la télévision (cadres incertains, zoomite chronique, flous abondants, image vidéo dégueulasse, etc) En procédant ainsi, il entraîne son film vers la médiocrité qu’il semble vouloir caricaturer, alors que son sujet et les bons comédiens qui l’incarnent auraient mérité d’échapper à ces tics formels qui nous détournent souvent de son intéressant projet. C’est un peu dommage.