A Ghost Story

Film américain de David Lowery

Avec Casey Affleck, Rooney Mara, McColm Cephar Jr, Keaneisha Thomson, Grover Coulson, Liz Frank, Barlow Jacobs, Richard Krause, Dagger Salazar, Will Oldham





Par Henri Lanoë
 
Sortie le 20-12-2017

Durée: 1h37

 

Comment le Temps passe...

Inutile de tenter un résumé de ce superbe poème cinématographique consacré à la fuite du temps, à notre impuissance à la maîtriser malgré nos efforts. Fasciné par cette impossibilité, David Lowery nous propose une histoire dont la chronologie est perturbée en permanence sans nous donner de repères, sinon l’errance d’un fantôme qui continue de fréquenter ces lieux où il a été heureux avant de disparaître du monde des vivants. Ce conte (?) se déroule à la campagne, dans une grande maison où un couple - dont on ne connaît que l’initiale des prénoms C et M - semble apparemment heureux, avec juste ce qu’il faut de conflits domestiques : C compose de la musique dans cette maison qu’il aime, alors que M envisagerait volontiers de partir ailleurs. Mais ce différend ne trouble pas leur relation amoureuse. Hélas, C meurt dans un accident de voiture et son fantôme vient désormais hanter ces lieux toujours occupés par M qui finira par déménager en laissant la place à d’autres occupants, une famille hispanique exubérante, puis quelques étudiants bavards de la faculté voisine, que C viendra également hanter car il ne peut quitter ce lieu où il a connu le bonheur de vivre…

Mais j’arrête là ce compte-rendu qui finirait par fleurer le constat de police et ne peut décrire l’étrange et poétique beauté de cette histoire. David Lowery, obsédé par le temps qui s’écoule, a trouvé dans le cinéma l’outil idéal qui permet de le manipuler, le raccourcir, l’inverser, le prolonger. Il y a dans son A Ghost Story un plan où M mange interminablement une grosse part de gâteau : sa durée serait insupportable dans un film « normal ». Ici cet excès participe au rythme insolite du récit. Voici enfin un réalisateur qui rejoint le club fermé des quelques cinéastes qui utilisent la caméra pour filmer d’autres choses que des rafales de fusils mitrailleurs ou des couples simulant l’amour. Peut-on exprimer un seul doute ? Le regret que le si personnel talent d’acteur de Casey Affleck soit presqu’en permanence dissimulé sous son drap de lit : on n’est même pas certain que ce soit lui qui hante les lieux !

Henri Lanoë