Carré 35

Film français de Eric Caravaca
Film documentaire

 
Sortie le 01-11-2017

Durée: 1h07

 

Secrets de famille

Dans Le Passager (2005), sa première réalisation, le comédien Eric Caravaca décrivait les démarches de Thomas venu à Marseille reconnaître le cadavre de son frère Richard avec lequel il avait rompu toute relation depuis des années. Alors qu’il s’occupe des formalités pour l’enterrement et la vente de la maison de famille, il fait la connaissance des amis qui entouraient le disparu et nous apprendrons progressivement les raisons de la brouille entre les deux frères. Une réalisation sèche mais efficace maintenait l’émotion envers ces personnages perdus dans une triste banlieue. Comme acteur, la carrière d’Eric Caravaca prouve également combien il préfère sélectionner ses rôles dans le registre dramatique plutôt que dans la comédie.

Carré 35- l’emplacement réservé aux enfants morts dans un cimetière - ne fera pas exception : nous restons dans un univers funèbre mais, cette fois-ci, il ne s’agit pas d’une fiction mais d’un documentaire sur le malaise vécu par les deux frères Caravaca, depuis leur enfance, à propos d’une petite soeur morte avant leur naissance, dont les parents ne parlaient jamais mais dont de rares indices semblaient confirmer l’existence. Eric Caravaca, caméra en mains, a décidé d’enquêter auprès de ses parents vieillissants afin d’en finir avec ce mystère, d’autant plus que si la mère continue de rester évasive, le père, gravement malade, est à la veille de sa mort. Il nous propose cette plongée sur la vie de sa famille illustrée par de nombreux home movies qui décrivent les moments heureux (mariage, repas de famille, vacances) du jeune couple qui vivait en Algérie à cette époque avant d’en être chassé. Complétée par de nombreuses photos que la famille a accumulées et diverses archives d'actualités filmées, la réponse redoutée nous est confirmée : Christine, morte à 3 ans, était trisomique. On reste perplexe devant l’aboutissement d’une telle enquête. Il est tellement évident que ces jeunes parents, effondrés par ce drame, ont tenté d’éviter aux bébés qui allaient suivre une information aussi tragique qu’inutile. S’acharner ainsi alors que leur vie s’achève pour divulguer au grand public un malheur qu’ils ont voulu occulter me paraît une étrange initiative.