Corporate

Film français de Nicolas Silhol

Avec Céline Sallette, Lambert Wilson, Stéphane de Groot, Violaine Fumeau, Alice de Lencquesaing





Par Henri Lanoë
 
Sortie le 05-04-2017

Durée: 1h35

 

Ressources inhumaines

Après deux courts-métrages sélectionnés et primés dans de nombreux festivals, Nicolas Silhol s’attaque au long-métrage avec un sujet plus difficile que les habituels émois de l’adolescence : les relations entre la Gestion des ressources humaines et le personnel dans une grande entreprise, affrontement d’autant plus délicat que le poste est tenu par une jeune femme performante, Emilie, qui a une réputation de « tueuse ».

La première séquence confirme cette réputation en montrant avec quelle énergie elle se débarrasse d’un employé qui la harasse parce que menacé de licenciement. Elle aurait peut-être dû se maîtriser car cet homme, désespéré, se jette par la fenêtre de son bureau. Ce suicide pétrifie l’ensemble du personnel, Emilie comprise, mais n’entame pas la détermination de la Direction qui n’entend pas céder « à la mode des suicides » et soutient sa D.R.H. dans cette épreuve difficile. Mais Emilie, effondrée, ne peut évacuer sa responsabilité dans le déroulement de ce drame et, contre son intérêt, va finir par aider l’enquête de l’Inspectrice de Travail car, en désignant la Direction comme la véritable responsable de cette mort, elle se retourne contre elle-même : elle n’est plus "Corporate" de son entreprise qui va l’abandonner de ce fait à son sort.

Ce récit implacable est mené avec efficacité par Nicolas Silhol qui souhaite, entre autres, combattre la mauvaise réputation des inspecteurs du Travail qui font pourtant un travail efficace dans l’intérêt des employés. De plus, le scénario évite le piège d’une confrontation entre la beauté féline de la D.R.H. (Céline Sallette) et la tendance faussement balourde de l’inspectrice (Violaine Fumeau) dont la stratégie évoque les enquêtes de Peter Falk dans Colombo. D’ailleurs ces deux femmes, plongées dans cet univers d’hommes antipathiques, s’entendent de plus en plus et on ne s’étonnerait pas de voir Emilie abandonner la D.R.H. et finir à l’Inspection du Travail. Comme d’habitude, Lambert Wilson incarne avec élégance un personnage séduisant et implacable, niché dans le staff de cette entreprise dont l’activité industrielle demeure le seul mystère non résolu.