The Witch

Film américain de Robert Eggers

Avec Anya Taylor-Joy, Ralph Ineson, Kate Dicky, Harvey Scrimshaw, Elie Gringer, Lucas Dawson, Julian Richings, Bathsheba Garnett, Sarah Stephen


Festival de Sundance 2015 : Meilleur Film


Par Henri Lanoë
 
Sortie le 14-06-2016

Durée: 1 h 32

 

Satané film !

Voici un premier film vraiment "extra-ordinaire" écrit et réalisé par Robert Eggers, décorateur et créateur de costumes formé au théâtre, puis auteur de deux courts-métrages. Il est né dans le New Hampshire proche du Canada, province rendue célèbre par les procès qui condamnèrent au bûcher de nombreuses femmes soupçonnées de sorcellerie durant le XVIIe siècle et qui inspira à Arthur Miller sa pièce Les Sorcières de Salem. Egalement séduit par cette époque de terreur superstitieuse, Robert Eggers a écrit un scénario consacré à une famille très pieuse qui se sépare de la communauté villageoise, jugée trop peu chrétienne à ses yeux, pour s’installer à l’orée d’un bois inquiétant dans une maison isolée et inconfortable. Le décor est planté et l’angoisse va y prendre racine, d’autant plus forte qu’elle ne se nourrit pas des accessoires habituels : ululement nocturnes, nuits d’orages et autres apparitions de spectres fugaces sont écartés de ce récit qui veut démontrer que l'horreur est en nous, pas au dehors.

Ce couple exemplaire a cinq enfants dont l'aînée, Thomasin, ravissante adolescente chargée de surveiller les bêtises des cadets et de pouponner le bébé dernier né. La vie est rude dans ce territoire isolé, mais tous ces gens qui ont traversé l’océan pour occuper ce nouveau monde immense savent que, avec l’aide de Dieu, c’est le prix à payer. Mais lorsque le nouveau né disparaît mystérieusement, la famille commence à douter de cette protection divine…

Je ne raconterai pas davantage le développement de ce scénario insolite qui ménage d’incessantes surprises pour souligner surtout la qualité exceptionnelle d’une réalisation où chaque élément du spectacle cinématographique est maîtrisé pour rendre crédible ce récit qui semble un document tourné à l’époque de la chasse aux sorcières : images, décors, costumes, effets sonores, musiques et comédiens ressuscitent ce que pouvait être la vie dans la Nouvelle Angleterre lorsque Satan tentait - et réussissait parfois - de s’emparer de l’âme de ces colons du bout du Monde.