L'année prochaine

Film belge de Vania Leturcq

Avec Constance Rousseau, Jenna Thiam, Julien Boisselier, Kevin Azaïs


Sélectionné dans de nombreux Festivals


Par Henri Lanoë
 
Sortie le 24-06-2015

Durée: 1h48

 

La cigale et la fourmi

Après quatre ans d’études à l’Institut des Arts de Diffusion de Louvain suivies de cinq courts-métrages, la jeune réalisatrice belge Vania Leturcq vient de réaliser son premier long-métrage, l’Année Prochaine, dont l’écriture a demandé sept ans.

S’appuyant sur une expérience personnelle, le scénario décrit la lente érosion d’une amitié fusionnelle entre deux jeunes filles dont les caractères s’opposent tout en se complétant. Le bac en poche, elles vont devoir choisir leur avenir devant la multitude de professions qui s’offrent à elles. Que feront elles l’année prochaine ? Une seule chose est certaine pour les deux amies : elles doivent quitter leur petite ville et s’installer à Paris pour la suite de leurs études. Dotée d’un caractère réfléchi, Clotilde a déjà fait son choix et va s’y tenir durant les longues années d’apprentissage qui l’attendent. Par contre, Aude reste fantaisiste et imprévisible. Douée pour le dessin (du moins, le croit-elle) elle s’inscrit aux Beaux-Arts mais trouve plus souvent le chemin des night-clubs que celui des ateliers. Elle tente d’entraîner la réticente Clotilde dans ses interminables soirées dansantes, ce qui va peu à peu altérer leur relation. Vania Leturcq a désiré traiter cette rupture progressive d’une amitié adolescente comme la fin d'une histoire d’amour entre adultes qui tourne mal et finit par un divorce.

Sujet intéressant mais on ne peut éviter une sensation de "déjà vu" dans cette abondante production des nouvelles réalisatrices qui se succèdent et évoquent souvent les mêmes histoires autocentrées sur les premiers émois et les amourettes lycéennes, où amitié et amour se confondent, où dominantes et dominées s’affrontent jusqu’au jour où la « vraie vie » va les séparer. On peut m’objecter que les premiers films masculins (et même les suivants) se nourrissent surtout, hélas, de violence, perversités variées et règlements de comptes divers : il est évident que la comédie tente rarement la jeune génération. Mais, à part cette réserve concernant le choix des sujets, L’Année Prochaine présente de réelles qualités, en tête desquelles la réalisation et l’interprétation. Dans les rôles principaux, Constance Rousseau et Jenna Thiam incarnent avec fougue ces amies qui se déchirent peu à peu, accompagnées du discret et efficace Julien Boisselier et de Kevin Azaïs, déjà remarquable dans Les Combattants.