NINGEN

Film français de Guillaume Giovanetti
Scénario collectif

Avec Masahiro Yoshino, Masako Wajima, Xiao Mu Lee, Megumi Ayukawa





Par Henri Lanoë
 
Sortie le 01-04-2015

Durée: 1h44

 

Film bicéphale

Les frères réalisateurs sont désormais légion dans le cinéma, mais la particularité de ce couple turco / français réside dans le choix de thèmes insolites suggérés par les personnages "border line" qui les ont vécu et, surtout, dans leur participation comme acteurs de leur propre histoire. A partir de ce point de départ, le duo Zencirci / Giovanetti écrit un scénario qu’il va réaliser avec les authentiques inspirateurs / acteurs du projet. C’est ainsi qu’ils ont tourné ATA, sur un sans-papiers ouïghour en France,CAMERA OBSCURA, sur des courts-métrages réalisés par des aveugles turcs, NOOR, sur un transgenre pakistanais. Et voici NINGEN consacré à un PDG nippon en difficulté qui finira par confondre sa propre vie avec les héros des légendes japonaises. Cette collaboration entre Çağla Zencirci (turque) et Guillaume Giovanetti (français) a commencé dès 2007 et ils ont pu rédiger NINGEN au Japon, après avoir obtenu d’être résidents à la "Villa Kujoyama", Institut culturel français - équivalent de la Villa Medicis - situé à Kyoto et qui a reçu en vingt ans plus de 250 artistes de diverses disciplines.

Comparé au mode de tournage universellement pratiqué par le cinéma mondial, notre duo a innové également dans tous les domaines. Ayant choisi leurs auteurs / acteurs amateurs, il commence par partager leur vie bien avant les prises de vues afin d’établir une véritable intimité avec eux lors de l’élaboration de l’histoire. Cette ébauche de scénario doit être tournée dans l’ordre chronologique, laissant les acteurs choisir leurs mots, sans avoir appris un dialogue écrit par d'autres ni connaître la totalité de l’histoire. Cette matière dramatique se modèle de prise en prise jusqu’à ce que les réalisateurs aient réuni tous les éléments nécessaires à la séquence. L’équipe technique, entièrement japonaise, s’est pliée respectueusement à ce mode de fabrication exceptionnel, voulant même en faire plus que le plan de travail ne le demandait.

En appliquant cette méthode, le couple réalisateur a sélectionné un PDG surmené, Monsieur Yoshino, qui tente d’oublier ses soucis professionnels et personnels en fréquentant d’abord les boîtes de strip teases pour aboutir, après un séjour dans une clinique psychiatrique, à la rencontre de certains personnages des légendes traditionnelles du Japon, toujours interprétés par ses amis et ses proches, évidemment. Tous ces acteurs amateurs passent, de façon étonnante, des Japonais modernes aux figures traditionnelles de la mythologie nippone, souvent proche des déités de notre Antiquité, comme Orphée et Eurydice promis à un funeste destin. Pour un spectateur occidental, aucun indice ne nous permet d’attribuer ce film à deux réalisateurs venus d’Europe. Rappelons que ce récit n’est pas dû à un scénariste professionnel mais à l’ensemble des « comédiens » et des pensionnaires de la clinique psychiatrique de Kyoto qui ont délibérément choisi de traiter le tragique destin de l’Etre humain ("Ningen"), seul animal de la Création qui a pour caractéristique essentielle de commettre des erreurs en étant parfaitement conscient qu’il se trompe. La qualité du résultat est à la hauteur de l’ambition du projet. Laissez vous embarquer dans le surprenant voyage que va faire Monsieur Yoshino, PDG doublement menacé par la faillite… et la perte de l’amour.