Ceci est mon Corps

Film français de Jérôme Soubeyrand
(et la participation amicale de : Michel Serres, Michel Onfray, Bruno Clavier)

Avec Jérôme Soubeyrand, Marina Tomé, Christophe Alévêque, Laetitia Lopez, Pierre-Loup Rajot, Hervé Dubourjal, Julie Nicolet





Par Henri Lanoë
 
Sortie le 10-12-2014

Durée: 1h34

 

Fiat luxure !

L'inspiration récurrente du scénariste Jérôme Soubeyrand tourne essentiellement autour du couple, des mariages mal assortis, de la vie dans les familles redécomposées. Et depuis qu’il est à peu près persuadé que sa grand’mère était la fille d’un curé, Jérôme Soubeyrand – hétéro catholique mais non pratiquant - tourne autour du pot et des multiples problèmes que pose la simple sexualité de base, celle qui unit tout simplement un homme et une femme.

Il s’irrite de voir toutes les formes déviantes de cet acte charnel (homosexualité, sadisme, masochisme, zoophilie, etc.) traitées abondamment par la littérature, les sociologues, les journalistes et, évidemment, les cinéastes, alors que le simple rapport amoureux destiné à prolonger l’espèce humaine n’intéresse plus personne. Devant cette injustice, il a écrit le scénario de Ceci est mon Corps qui tend à faire le tour de ce sujet. Séduit par le projet, l’acteur (et producteur) Pierre-Loup Rajot l’a non seulement financé mais persuadé d'en être le réalisateur et d’interpréter le rôle principal. Et là, nous sortons l’atout maître du scénario : Gabin, le héros de cette enquête, est lui-même curé ! Ce qui nous ramène aux secrets de famille et à la fameuse grand-mère…

A partir de ce pitch peu banal, Jérôme Soubeyrand a tricoté une fable rabelaisienne durant laquelle son héros passe de bras en bras et de lits en lits, la soutane entre les dents, multipliant les expériences tous azimuts pour aboutir enfin, lui aussi, à une paternité bien méritée. Selon vos croyances, vous pourrez rire ou être choqué par cet éventail de diverses initiations, mais on appréciera surtout la possibilité pour JérômeSoubeyrand de traiter un tel sujet, dans notre pays, sans risquer d’être lapidé, pendu ou égorgé.