Je fais le mort

Film français de Jean-Paul Salomé

Avec François Damiens, Géraldine Nakache, Lucien Jean-Baptiste, Anne le Ny, Nanou Garcia, Corentin Lobet, Jean-Marie Winling, Kevin Azais, Judith Henry





Par Henri Lanoë
 
Sortie le 11-12-2013

Durée: 1h45

 

Morte saison

Jean Renault est un comédien peu demandé. Après avoir enchaîné difficilement les panouilles, puis plus rien, il se résout à accepter une offre plutôt étonnante de Pôle Emploi Spectacle : tenir le rôle du mort dans les reconstitutions de scènes de crime. C’est une idée amusante et bien esquissée dans les scènes d’ouverture du film dans lesquelles notre cabot tente d’escamoter quel « rôle » il va réellement tenir lors de sa première convocation. Elle a lieu dans un Megève sinistre hors saison, avec les télésièges immobiles, les rues boueuses et les hôtels vides. Après une arrivée de star, Jean est bien obligé d’accepter les contraintes de son nouvel emploi et exécute, en maugréant, les ordres que lui donne Noémie, la jeune juge d’instruction peu expérimentée dont c’est la première reconstitution.

A partir de là, Jean-Paul Salomé met sur les rails son envie de « polar » qu’il dissimulait depuis le début et entraîne le scénario vers la résolution d’une énigme policière qui s’accorde mal avec un prologue qui avait pris si bonne tournure. Jean, qui s’ennuie à faire le mort, commence à participer à cette sorte de "murder party" confuse et sans intérêt, faisant preuve de beaucoup plus de sagacité dans la résolution des mystères que l’équipe de professionnels chargée de l’enquête. Mouche du coche imprévue, il finit par endosser le costume d'une sorte de commissaire Maigret rendant visite à une Agatha Christie désemparée. Et lorsque, oubliant qu’il est marié et père de famille dans la première bobine, il entame également l’inévitable idylle avec la juge chavirée, nous sommes déçus de voir tant de conventions s’accumuler pour ensevelir une histoire qui promettait d’être plus originale.