The Brooklyn Brothers

Film américain de Ryan O Nan

Avec Ryan O Nan, Michael Weston, Arielle Kebbel, Melissa Leo


Sélection Festival de Toronto 2011


Par Henri Lanoë
 
Sortie le 28-11-2012

Durée: 1h38

 

Road and Guitar Movie

Le Road-Movie est désormais un genre classique, comme le Western ou le Thriller. Est-ce en souvenir de la conquête de l’Ouest que les Américains se sont mis à sillonner leur pays dans des voitures d’occase ou de superbes motos ? Qu’importe, depuis le mythique prototype Easy Rider de Dennis Hopper (1969), rares sont les années où Hollywood ne nous propose pas de traverser les Etats-Unis en compagnie de Thelma et Louise ou de Sailor et Lula. Généralement, ces histoires sont franchement dramatiques et ne nous conduisent pas vers une fin optimiste ; de graves problèmes ou le mal de vivre sont le plus souvent les moteurs de cette échappée plutôt que le simple désir de partir à la recherche de beaux paysages.

C’est là que The Brooklyn Brothers, premier long métrage de Ryan O’Nan, marque une notable différence : s’inspirant de la comédie musicale itinérante - dont The Blues Brothers de John Landis (1980) reste l’exemple le plus réussi - il tourne le dos au schéma habituel qui nous conte les déboires d’artistes talentueux, mais incompris, jusqu’à l’inévitable conclusion qui les verra acclamé par un public enfin conquis. Donc, le héros du film, Alex, est un guitariste très moyen, auteur-compositeur tristounet, qui est embarqué dans la formation d’un groupe (?) avec un unique musicien Jim, aussi médiocre mais plus arriviste, qui a apporté l’idée d’utiliser des jouets d’enfants en guise d’instruments de musique. Ce duo grotesque se produit de villes en villes, devant un public médusé et peu enthousiaste. Cette dérisoire tournée mènera, cahin-caha, le duo jusqu’en Californie où réside le frère aîné d’Alex, Brian, qui est aux antipodes du mode de vie de son cadet mais reste indulgent devant ses choix d’adolescent attardé. Il le prouvera en emmenant dans son 4x4 flambant neuf les Brooklyn Brothers à Los Angeles où va se dérouler le concours annuel entre les groupes de musique : nous n’en connaîtrons pas le Palmarès...

Ryan O’Nan, également acteur et auteur de cette attachante histoire nettement autobiographique, nous fait partager les tourments d’un jeune musicien peu talentueux qui se demande « combien de temps cela va durer et s’il faudra, un jour, abandonner l’espoir de vivre enfin de la musique. » La fausse lucidité de cet autoportrait peut faire sourire puisque, en réalité, Ryan ne manque pas de talents, son film et ses multiples activités le prouvent.