Jeux d'été
Giocchi d estate

Film italien de Rolando Colla
Sélection Festival de Venise 2011 Sélection Festival de Toronto 2011

Avec Armando Condolucci, Fiorella Campanella, Alessia Barela, Antonio Merone, Roberta Fossile





Par Henri Lanoë
 
Sortie le 08-02-2012

Durée: 1h50

 

Macho, dodo, bobo

Nic est un garçon au caractère assez violent qui passe ses vacances dans un camping populaire installé près d’une plage toscane, avec son père et son jeune frère. La mère vient les rejoindre sans enthousiasme avec un certain retard, car elle redoute ces vacances de la dernière chance : le couple est à bout de course et la brutalité du mari justifierait sans aucun doute la création de "SOS Femmes Battues". Rolando Colla s’est inspiré de souvenirs d’enfance pour écrire son scénario mais reconnaît les avoir atténués pour céder la place à l’imagination. On l’espère pour lui, car le comportement de ces parents pugilistes ne doit guère favoriser le passage à l’âge adulte. C’est, en tous cas, une des clés du caractère agressif du jeune Nic qui reproduit, malgré lui, le modèle paternel alors qu’il voudrait protéger sa mère lorsqu’elle est malmenée par son mari.

Mais les vacances lui offrent aussi la possibilité de s’intégrer dans un petit groupe d’enfants que fréquente la séduisante Marie qui va le troubler progressivement. Elle habite avec sa mère, célibataire, qui a les moyens de louer un bungalow, mais l’adolescente est certaine que son père, qu’elle n’a pas connu, réside de l’autre côté de la baie, dans la station balnéaire voisine. Elle harcèle en vain sa mère pour pouvoir le rencontrer. Le rôle de ces pères - trop présent pour l’un, trop absent pour l’autre - finit par établir une forme de complicité amoureuse entre Nic et Marie. L’évolution de cette relation fragile est décrite avec délicatesse dans ces jeux d’été, succession de rites de passage qui constitue l’essentiel de leurs rapports. Malheureusement, on ne retrouve pas ce charme dans les scènes de ménage de plus en plus violentes des parents de Nic, suivies de réconciliations de moins en moins crédibles, qui entament le bon équilibre de cette histoire. Rolando Colla apparaît certainement plus à l’aise dans la description des émois de l’adolescence que dans les conflits de l’âge adulte.