MISSION : IMPOSSIBLE Protocole fantôme
MISSION IMPOSSIBLE Ghost Protocol

Film américain de Brad Bird

Avec Tom Cruise, Jeremy Renner, Simon Pegg, Paula Patton, Michael Nyqvist, Vladimir Mashkov, Josh Holloway, Anil Kapoor, Léa Seydoux





Par Henri Lanoë
 
Sortie le 14-12-2011

Durée: 2h15

 

Impossible mission

Ce sous-titre ne ment pas : rendre compte de ce Protocole fantôme, monumental pachyderme cinématographique inspiré par la série télévisée de 171 épisodes universellement diffusée durant sept années avec la musique mythique de Lalo Schifrin relève d’un exploit que seul un Tom Cruise pourrait réussir.

Dès 1996, le cinéma s’intéressa donc à ce phénomène de popularité et Tom Cruise produisit (et interpréta) le premier Mission impossiblepour le grand écran, suivi du M.I.2 (2000), puis du M.I.3 (2006), et nous voici au M.I. 4 en IMAX digital sur écran géant et Son Surround. Nous sommes très loin de la modeste série en noir et blanc diffusée sur des téléviseurs de 33 cm, mais cette abondance de biens, étrangement, finit par nuire à l’intérêt que l’on porte aux personnages et à l’histoire proposée aujourd’hui.

A l’origine, cinq équipiers astucieux, dotés de gadgets improbables et de déguisements divers, affrontaient le Crime et en triomphaient dans un climat où régnait une bonne dose d’humour, la crédibilité de ces interventions restant admissible et l’ambition des producteurs, raisonnable. A présent, ce quintette d’origine a changé de catégorie et s’est transformé en tueurs tous azimuts qui dégainent sans répit ou se livrent à d'interminables bagarres, inspirées par Bruce Lee, dont ils sortent régulièrement vainqueurs. Cette invulnérabilité permanente finit par lasser notre intérêt que même la qualité des effets spéciaux ne parvient plus à soutenir (et ce n’est pas l’obscure confusion du scénario qui risque de le ranimer). On regarde cette déferlante d’images et de sons sans se demander si la réussite des incessantes cascades de la star du film est due à sa foi scientologique ou simplement aux fonds verts systématiques et aux câbles invisibles que nécessitent les trucages numériques. Mais les producteurs nous assurant que, en digne héritier de Douglas Fairbanks, Jean Marais ou Jean-Paul Belmondo, Tom Cruise refuse de se faire remplacer dans les cascades dangereuses nous rendrons volontiers hommage au courage physique de l’acteur.

Pour diriger ce gigantesque spectacle forain, on a fait appel à Brad Bird qui n’avait jamais réalisé de film avec des comédiens. Il a fait son apprentissage dans le dessin animé chez Disney et a participé, entre autres, à la production de l’interminable série des Simpsons (494 épisodes durant 20 années de diffusion, et ce n’est pas fini…). Je ne pense pas que ce soit la raison de son recrutement par les producteurs : il serait plutôt dû aux succès mérités obtenus par ses excellents dessins animés Les Indestructibles (2004) et Ratatouille (2007). Il semble que le cartoon soit une bonne école car son travail de réalisateur est irréprochable pour tenter de donner vie à ce Protocole fantôme : chaque poste a été tenu par de grands professionnels et le résultat de cette équipe de spécialistes aboutit à une prestigieuse bande de démonstration de 2 h 15 nous exposant la qualité technique que peut atteindre le cinéma de nos jours. Mais pour l’éventuel M.I.5, il faudra engager également un scénariste !