Polisse

Film français de Maïwenn

Avec Karin Viard, Joey Starr, Marina Foïs, Maïwenn, Nicolas Duvauchelle


Prix du Jury Cannes 2011


Par Henri Lanoë
 
Sortie le 19-10-2011

Durée: 2h07

 

Too much ?

Maïwenn confirme son originalité avec ce troisième film ambitieux qui dresse un tableau foisonnant de la vie quotidienne de la Brigade de Protection des Mineurs. Cannes lui a décernée un Prix du Jury pour les évidentes qualités de cette entreprise.

Rassuré par cette distinction et l’accueil favorable du public, peut-on se permettre désormais quelques observations à l'auteur ? Au crédit de la réalisation, citons l’alternance des séquences dramatiques d’interrogatoires avec celles où la brigade se détend – le public aussi – ce qui donne un mélange «sucré-salé» très maîtrisé au début, mais ce va-et-vient permanent devient trop systématique et aboutit à un étrange numéro de comédie musicale nettement hors sujet. Comme Maïwenn a beaucoup d’idées (c’est une qualité), elle suit trop de pistes à la fois et accumule un film qu’elle a du mal à alléger, faute de trancher dans le vif. Il me semble que Polisse aurait gagné en force en perdant 20 minutes. On voit bien que la réalisatrice aime tout ce qu’elle a tourné et qu’elle a du mal à s’en séparer. Comme, par exemple, dans une des dernières séquences, ce nouveau-né mort emporté dans un sac poubelle qui est l’image de fin évidente et tragique de cette chronique consacrée aux mineurs en danger. Pourquoi avoir tué l’émotion ainsi suscitée en nous infligeant un dernier quart d’heure sur le sort de chacun des protagonistes ?

Enfin, le point le plus fragile de ce scénario, si implacable par ailleurs, reste la présence de cette photographe encombrante venue faire un reportage peu crédible sur cette équipe surmenée et tombant – évidemment – amoureuse de l’inspecteur Joey Starr, comme dans un roman photo. Mais on se doute bien, depuis Le Bal des Actrices, que c’est certainement l’épisode que préfère Maïwenn dans son film. Alors, inclinons-nous.