Mes Meilleures Amies
Bridesmaids

Film américain de Paul Feig
Kristen Wiig et Annie Mumolo

Avec Kristen Wiig, Maya Rudolph, Rose Byrne, Wandi McLendon Covey, Ellie Kemper, Melissa McCarthy, Chris O Dowd, Jon Hamm





Par Henri Lanoë
 
Sortie le 10-08-2011

Durée: 2h05

 

Desperate Bridesmaids

Judd Apatow strikes again ! En voyant le nom de l’auteur des inoubliables "40 ans et toujours puceau" ou "En cloque, mode d’emploi" apparaître au générique comme producteur, j’ai redouté de retomber dans les blagues de potache préados qui avaient fait exploser (aux U.S.A.) le box office de ces deux films. On ne pouvait même pas incriminer les titres français qui étaient une traduction assez fidèle des originaux. Heureuse surprise, j’ai découvert une comédie douce-amère, remarquablement écrite par deux des comédiennes du film, Kristen Wiig et Annie Mumolo. Le scénario dépeint les affres des "american females" aux approches de la quarantaine, lorsqu’aucun mari n’accompagne encore leur vie ou, pire encore, lorsqu’elles sont déjà mariées et qu’elles le regrettent amèrement. Insoluble dilemme… Issue de séries télévisées très populaires aux U.S.A, cette troupe d’acteurs peu connue de nous - puisque les chaînes françaises font plutôt leur marché dans les urgences médicales ou les enquêtes policières – ne ménage pas ses efforts pour enchaîner prestissimo de courtes séquences qui sont autant de sketches enfilés sans temps morts. A la tête d’un sextuor de copines plus ou moins frustrées, nous pouvons découvrir le tempérament comique de l’efficace Kristen Wiig qui ne ménage ni les mimiques ni les furtives grimaces, ne cherchant surtout pas à botoxer les premières atteintes de l’approche de la maturité. Le moteur de l’action est donc alimenté par ce groupe de vieilles copines qui prépare le mariage (tardif) de l’une d’elles, et tout ce qui va s’ensuivre dans leurs relations fortement perturbées par cet évènement. Il apparaît vite que ce film de femmes écrit par des femmes ne tombe pas trop dans l’esprit « chambrée » qui caractérise les films « masculins » d’Apatow (obscénités diverses et plaisanteries salaces pour CM2), d’autant moins que les divers mâles du scénario – qu’ils soient trop suffisants ou insuffisamment suffisants - brillent par une médiocrité ontologique. Mais Kristen Wiig ne va pas jusqu’à jouer les effarouchées et certaines séquences totalement scato ne sont guère inspirées par la poésie pure, la "vis comica" des comédiennes emballant ces entorses au bon goût dans un mouvement frénétique qui laisse le public médusé. Ce comique ravageur et efficace pourrait parfois évoquer celui des Marx Brothers de la grande époque mais, alors que le trio destructeur laissait un monceau de ruines après leur passage, notre sextuor féminin tricote sagement un "happy ending" tellement conventionnel qu’il ne peut tromper personne. Petit regret cependant : avec un bon quart d’heure de moins vers la fin, le film maintiendrait le rythme et l’invention qui le propulsaient depuis l’ouverture.