Happy, happy

Film norvégien de Anne Sewisky

Avec Agnes Kittelsen, Joachim Rafaelsen, Maibritt Saerens, Henrik Rafaelsen, Oskar Hernaes Bandso, Ram Shihab Ebedy


Selectionné Festival de Sundance 2011


Par Henri Lanoë
 
Sortie le 27-07-2011

Durée: 1h28

 

Le bonheur est dans la neige

     Kaia, l’héroïne de cette histoire, est une Happy Christian issue d’une communauté religieuse du sud de la Norvège qui cherche l’aspect positif de tous les évènements qui surviennent, même les pires. Elle sourit en permanence, dans toutes les situations, évoquant ainsi une sorte de « ravie de la crèche » scandinave. Mariée au trop tiède Eirik - ils ont quand même eu un petit garçon, Theodor – la famille vit dans un bled très enneigé et très isolé. Pour avoir un peu de compagnie, ils louent une dépendance de leur maison à un couple de citadins qui débarquent avec leur fils adoptif, un petit Ethiopien, Noa. Les premiers dîners en commun dévoilent, à l’évidence, leurs différences de culture et de centres d’intérêt, ce qui n’efface pas l’éternel sourire qu’affiche Kaia.

     Les enfants inventent assez vite un jeu amusant : Theodor sera le maître et Noa l’esclave, celui qui subit toutes ses volontés. Kaia trouve, elle aussi, rapidement une distraction : toujours souriante, elle se jette sur la braguette de son locataire, Sigve, un colosse bon vivant qui ne refuse pas cette occasion inattendue. Cet adultère polaire finit par s’ébruiter et même le maussade Eirik fait son coming out en tentant de  voler un baiser à l’inépuisable Sigve qui, choqué, ne donnera pas suite. Sa femme Elisabeth, hors jeu jusqu’alors, s’intéresse alors au cas du solitaire Eirik… etc.

     Il resterait encore plusieurs combinaisons possibles (surtout si on introduisait les enfants dans le circuit) mais la jeune réalisatrice Anne Sewitsky ne les a pas traitées. Dans son prochain film, peut-être ?