Les deux chevaux de Gengis Khan

Film mongol de Byambasuren Davaa

Avec Urna Chahar Tugchi, Hicheengui Sambuu, Chimed Dolgor


Sélection aux festivals de Pusan, Los Angeles et Locarno


Par Henri Lanoë
 
Sortie le 13-07-2011

Durée: 1h27

 

Steppe tartare

      Il ne s’agit pas d’une version remastérisée de l’expédition Citroën mais d’une sorte de voyage initiatique à travers la Mongolie qu’entreprend la lumineuse chanteuse Urna Chahar Tugchi, célébrité dans son pays, à la recherche d’un chant ancien intitulé : « Les deux chevaux de Gengis Khan ». Elle espère également faire réparer l’antique violon à deux cordes – en crin de cheval - de sa grand-mère dont il ne reste que le manche orné de la traditionnelle tête de cheval mongole. Le film suit donc Urna dans sa longue recherche du chant disparu, tandis qu’un luthier reconstitue patiemment l’instrument délabré.

      Ce troisième long métrage de la réalisatrice Byambasuren Davaa continue d’explorer la beauté des paysages de Mongolie en prenant appui sur un scénario simple qui permet également de découvrir le charme envoûtant d’une musique que nous entendons rarement. A la fin de son périple, Urna va rencontrer une très vieille femme – sorte de E.T. centenaire – qui retrouvera, au fond de sa mémoire, le vieux chant désormais ressuscité. C’est tout, et c’est très beau.