D'amour et d'eau fraîche

Film français de Isabelle Czajka

Avec Anaïs Demoustier, Pio Marmaï, Laurent Poitrenaux, Jean-Louis Coulloc h, Christine Brücher





Par Henri Lanoë
 
Sortie le 18-08-2010

Durée: 1h30

 

Stage est sans pitié

Formée à l’Ecole Louis Lumière, Isabelle Czajka a commencé sagement par toutes les étapes de la prise de vues jusqu’à devenir chef op’, puis elle a compris que seule la réalisation pourrait lui donner le plaisir qu’elle attendait du cinéma. Elle a très bien fait car elle nous propose ce remarquable deuxième long-métrage, très personnel, qui trace le portrait réussi d’une jeune fille désarmée par la découverte du monde du travail et prête à toutes les aventures pour y échapper.


Julie, bac + 5, est pleine de bonne volonté pour décrocher un emploi. Grâce à son frère, elle obtient un stage dans une grosse société où, comme tout stagiaire, on l’envoie faire les courses malgré ses diplômes. Un jour, la coupe déborde et elle claque la porte, au désespoir de sa famille. A la recherche de petits jobs, elle rencontre Ben lors d’un entretien d’embauche. Elle est séduite par sa décontraction, son mode de vie marginal, son optimisme apparent. Comme il est également sensible au charme de Julie, il lui propose de l’accompagner dans le midi, car il a "une affaire" à régler du côté de la frontière espagnole. Pourquoi ne pas profiter de l’été, du temps des vacances, du farniente ?… Après avoir (peu) hésité, elle accepte et quelques jours de bonheur vont les attendre dans une vieille ferme solitaire jusqu’au matin où Julie découvre la nature des " affaires » de Ben. Après un moment d’inquiétude, vite effacé par l’amour, elle finit par accompagner son sympathique compagnon lors de ses va et vient " professionnels ", jusqu’à la sèche et brutale conclusion qui va interrompre ces moments de bonheur.
La qualité première de ce récit réside dans la sympathie que suscitent, jusqu’à la fin de leur randonnée, ces lointains émules de Bonnie and Clyde. Cela tient essentiellement à la qualité de tous les interprètes et au talent de scénariste de la réalisatrice qui sait ménager les rencontres en porte à faux et les sorties de scène imprévisibles. Nous retrouvons avec plaisir Anaïs Demoustier, dont le talent a "bien" mûri depuis Les Grandes Personnes qui campe une Julie attachante aux côtés de Pio Marmaï, parfaite incarnation du charme désinvolte de la jeunesse.