L'Enfer d'Henri-Georges Clouzot

Film français de Serge Bromberg

Avec Romy Schneider, Serge Reggiani, Bérénice Béjo, Jacques Gamblin





Par Elise Heymes
 
Sortie le 05-11-2009

Durée: 1h34

 

Film-laboratoire

Serge Bromberg raconte le tournage de l’avant dernier film d'Henri-Georges Clouzot, L’Enfer. Un film aux dimensions tentaculaires qui prit une tournure tragique, celle de son avortement. Un film-monstre, où l’image veut montrer la folie qui déforme la beauté et le réel. Un film que Clouzot voulut si exigeant qu’il le rendit invivable, à tous points de vue.

Trois monstres sacrés. Romy Schneider, Serge Reggiani à l’image, sans presque aucun son, et le cinéaste, Clouzot, qu’évoquent artistes ou techniciens ayant pris part au projet de L’Enfer en 1964. Un couple au bord d’un lac et l’oeil du réalisateur obsédé par le regard maladivement jaloux de son personnage masculin. Cette obsession donne lieu à de nombreux essais visuels, où l’humain devient monstre, où la tranquille banalité du quotidien devient angoisse. La mise en scène du scénario restera partielle. Viennent compléter les séquences tournées par Clouzot, les interprétations de deux acteurs contemporains. Pales transitions, elles brisent l’énergie effrénée des images du perfectionniste Clouzot.

Trois périodes rythment le récit de cette mésaventure filmique : les essais, très étendus dans le temps, celui de 1964, celui du documentaire ; le tournage, laborieux, et la chute ou sa fin. On est guidé, trop peut-être, dans cette descente aux enfers. Les « bouts de film » de Clouzot ne se seraient-ils pas suffis à eux-mêmes, tant leur quête est parlante, leur beauté et leur maîtrise sont criantes ?