Delta

Film hongrois de Kornel Mundruczo

Avec Félix Lajko, Orsi Toth, Lili Monori, Sandor Gaspar


Sélection Officielle Cannes 2008


Par Henri Lanoë
 
Sortie le 04-03-2009

Durée: 1h32

 

Si j avais un marteau, oh oh...

Depuis des années, dans les hardiesses mondaines de la sélection cannoise, une case restait plutôt vide : l’inceste. La voici presque remplie grâce à Delta de Kornél Mundruczó.

Après vingt ans d’absence, le taciturne Mihail  revient chez lui pour l’enterrement de son père. Il découvre avec plaisir Fauna, une soeur qu’il ne connaissait pas, mais sa mère se montre indifférente et le beau-père très peu accueillant. Ce climat hostile incite les deux jeunes gens à quitter la maison et à cohabiter dans une cabane lacustre qu’ils entreprennent de construire dans le delta voisin. N’attendez surtout pas des séquences torrides entre le frère et la soeur : les dialogues échangés sont aussi rarissimes que les caresses et leur activité principale consiste à clouer, clouer, clouer inlassablement les éléments de la maison sur pilotis où ils comptent s’établir, loin du village, dans le labyrinthe sauvage des marais hongrois. Leur attirance réciproque grandit au fur et à mesure de l’érection de la cabane tandis que d’interminables panoramiques scannent les marais environnants, de l’aube au couchant, sous le soleil estival ou noyés dans la brume…

Un jour, le silence revient, les coups de marteau cessent : la belle cabane « pieds dans l’eau » est enfin terminée. Peu rancuniers, les jeunes gens invitent les villageois et les parents à pendre la crémaillère. Débarque alors une troupe de barbares, ivres-morts mais bien pensants, qui va se charger d’apprendre la morale à ces amoureux hors norme. Cette fin prévisible et bâclée entraîne définitivement ce trop long film (qui aurait pu faire un court-métrage assez délicat) vers le fond.