La vie moderne (profils paysans)

Film français de Raymond Depardon


Prix Louis Delluc 2008


Par Laurence Bonnecarrère
 
Sortie le 12-05-2008

Durée: 1h30

 

Requiem pour un monde évanoui

Marcel et Raymond Privat, respectivement 89 et 83 printemps, n’envisagent pas encore de prendre leur retraite. Car ils « aiment leur métier ». Ou, plus exactement, leur métier d’agriculteur, ils l’aiment :  «passionnément ».  Attachés à leur terre, à leurs racines, ils vivent aussi en osmose avec leurs bêtes.
Aussi lorsqu’une vache, dite « casse-pied »,  s’effondre, Marcel est tétanisé (« pourtant, elle avait ses qualités et ses défauts »). Quelques fermes plus loin,  la jeune Amandine voudrait devenir agricultrice. Hélas, il lui faudra céder ses trois chèvres, car elle ne supporte plus de les voir souffrir, l’hiver, dans les courants d’air d’une étable non chauffée. Adieu donc veaux, vaches, cochons, couvées… Ainsi filent les jours sur les hauts plateaux cévenols, au gré d’indicibles joies et de vrais désespoirs. Démunis, parfois mutiques, les agriculteurs interrogés par Raymond Depardon sont dépourvus de toute amertume, ils n'expriment aucun  regret. Le cinéaste suit les minuscules péripéties de ces vies sans histoire, restituant simplement le ressenti de ces « personnages » qui, précisément n’en sont plus,  car ils sont devenus des proches, des amis : « ils me font confiance » dit-il. Alternant plans-séquences savants et dispositifs minimalistes, la mise en scène traduit l’exactitude d’un regard dénué de toute  condescendance :confondante modestie d’un artiste dont tout le génie consiste justement à effacer les traces de son ouvrage  au profit d’un sujet qui apparaît comme le seul fondement d’une  poésie rare  et d’une émotion intense.