Contrôle d'identité
Die Innere Sicherheit

Film allemand de Christian Petzold

Avec Julia Hummer, Barbara Auer, Richy Müller


Grand Prix du festival de Valenciennes, Meilleur film allemand, prix de la critique internationale (semaine de la critique, Cannes 2001), selectionné à la 57ème Mostra (Festival de Venise).


Par Clémentine Gallot
 
Sortie le 26-07-2002

Durée: 1h45

 

Hans et Clara, d’anciens terroristes, sont en fuite depuis longtemps: sillonnant l’Europe, fuyant l’Allemagne, ils vivent clandestinement. Ils ont une fille, Jeanne: le film commence au moment où celle-ci est adolescente. Le cinéaste établit un parallèle entre la fuite des parents et l’apprentissage de la jeune fille, notamment à travers son aventure sentimentale avec Heinrich, un jeune allemand.

Contrôle d’identité est le quatrième long métrage de Christian Petzold. Celui-ci semble s’être toujours intéressé à l’exclusion, à la différence, et aux activités des groupes terroristes d’extrême gauche dans l’Allemagne des années soixante-dix, comme la Bande à Baader. Aujourd’hui, qu’en est-il? La famille décrite est considérée comme une menace pour la "sécurité intérieure"du pays (le titre allemand, mal rendu en français).

Petzold et son scénariste, Harun Farocki, mettent à profit leurs expériences diverses ainsi que le poids d’une histoire, celle de l’Allemagne, et ce qu’ils en connaissent, par les journaux, ou par leurs relations: ainsi ils montrent une vision humaine, voire proche de nous, de ces anciens terroristes, dans la banalité de leur vie, monotone et médiocre.

Le film se pose comme un anti-cinéma américain, un cinéma très lent (voire ennuyeux, pour être honnête). Le paysage cinématographique en Allemagne est quelque peu désolé, et les salles remplies de blockbusters. Le réalisateur nous offre ici de belles images d’apaisement dans une maison au style épuré, il alterne aussi plans larges, qui mettent en scène les personnages dans des espaces hostiles, et plans très serrés, qui captent le désespoir des visages traqués. Cependant, et le défaut n’est pas des moindres, pour ceux qui n’ont pas eu connaissance du contexte historique, il est impossible de savoir le pourquoi et le comment de l’histoire, ce qui est problématique! Le film souffre de ne pas éclaircir les situations, et d’en exclure ainsi le spectateur. Le non-dit et l’absence d’explication deviennent pesants. On note enfin un parallèle intéressant entre la fuite des parents, en réaction au système, et de l’adolescente, en réaction aux adultes. En cela le film est peut-être une métaphore de la vie de famille : des règles strictes doivent y être respectées,et si l’un des membres sort du système il met tout le groupe en danger.