Intrusions

Film français de Emmanuel Bourdieu

Avec Natacha Régnier, Denis Podalydès, Amira Casar, Jacques Weber





Par Elise Heymes
 
Sortie le 03-09-2008

Durée: 1h37

 

Avec ce nouvel opus, Emmanuel Bourdieu réalise un film très inégal, où il promène son spectateur dans un curieux dédale d’atmosphères et de personnages empesés. Surprises agréables comme déceptions inattendues rythment ces Intrusions.

Face à son patron de père tout puissant, la jeune Pauline ne peut qu’accepter de se marier avec François, l’employé dont elle est enceinte. Lequel employé n’a pas le choix, s’il veut garder son poste. Il se verra même promu lors des noces. Les apparences sont sauvées. Mais trois mois plus tard, ce mari forcé veut divorcer. La jeune femme lui laisse des menaces de mort sur son répondeur. Ce qui met en branle un engrenage scénaristique ambitieux qu’épuise une mise en scène maladroite. 

Nous voilà projetés dans l’univers impitoyable des tromperies et des abus de pouvoir sur tous les plans. Les personnages débordent de leurs carcans, quand ils ne se font pas passer pour ce qu’ils ne seront jamais. Ils déjouent les rôles que la vie et le scénario leur font d’abord jouer. C’est ainsi que la fille de « bonne famille », orpheline qui plus est, soumise à une loi paternelle qui la fait vomir, va se rebeller. Agie, elle renverse ensuite les rôles et assouvit sa soif d’autonomie. Les jeux de l’inconscient donneront lieu à une mascarade peu subtile.
Les gros plans ponctuent une image intéressante, mais surlignée. Certains contre-emplois, comme ceux d’Amira Casar en servante sur le fil et de Denis Podalydès en homme mutique, enrichissent l’interprétation. Le dénouement des Intrusions évoque un jeu et un caprice d’enfant dérangée, de pauvre petite fille riche… Et après ? L’ensemble ne laisse guère de traces fertiles…