Capitaine Achab

Film français de Philippe Ramos
Librement adapté du roman d'Herman Melville, Moby Dick

Avec Denis Lavant, Jacques Bonnaffé, Philippe Katerine, Dominique Blanc


Prix de la mise en scène, Locarno 2007


Par Laure Becdelièvre
 
Sortie le 13-02-2008

Durée: 1h40

 

Au gré des flots

Une chose est sûre, Philippe Ramos n’a pas volé le prix de la mise en scène de Locarno. Librement inspiré du roman de Melville, Capitaine Achab est comme un bijou précieux dont l’écrin s’ouvre tout doucement, au gré des flots qui portent la destinée du héros.

« Je frapperais les cieux s’ils voulaient m’arrêter » : ainsi pourrait se résumer la tragique destinée d’Achab, puni d’avoir défié Dieu le père, la mer et ses pauvres pêcheurs. A homme extraordinaire, destin extraordinaire. Mais qui était le mystérieux capitaine, qui en vint à se confondre tout entier avec sa quête désespérée de la baleine Moby Dick ?

C’est en remontant à l’enfance, au paradis originel, à ses forêts et à ses femmes généreuses, que Philippe Ramos tente de trouver une attache au capitaine Achab, pour dérouler ensuite le fil de sa destinée. De ses rencontres, de son orgueil, de son inspiration. Mais Achab échappe ; il échappera toujours. Les cinq narrateurs du film, qui prennent en main chaque chapitre, ne sauront jamais le retenir ni le cerner.

Du fond jusqu’à la forme, Philippe Ramos a ciselé son film comme un véritable orfèvre : chaque image chuchote, enchante, caresse ; matières, sons, lumière et couleurs sont distillés avec une infinie tendresse, pour composer chaque fois des tableaux d’une grande beauté. Du film, on retient surtout des nuances, des silences, des respirations. Rien que de la poésie en somme, et de l’humanité. Magique.