Feu de glace

Film chinois de Chen Kaige

Avec Heather Graham, Ralph Fiennes





Par Christophe Chauvin
 
Sortie le 05-06-2002

Durée: 1h40

 

Après Adieu ma concubine, lauréat de la Palme d’or en 1993, et la fresque grandiose L’Empereur et l’Assassin, Feu de glace est littéralement un ovni, une incroyable farce dans la filmographie de Chen Kaige !

Le metteur en scène chinois réalise ici son premier film anglophone et on espère que ce sera le dernier tant il se révèle inconsistant et ridicule ! Fini le cinéma " d’auteur " d’Adieu ma concubine ou encore l’intrigue dramatico-politique complexe de L’Empereur et l’Assassin, le réalisateur opte ici pour un scénario (on ne peut plus) conventionnel, sans surprise et surtout totalement invraisemblable : c’est simple, on n’y croit pas une seule seconde !

Voilà l’histoire (hum… !) : le film débute avec la rencontre entre Alice et Adam dans la rue ; ça commence fort avec le cliché parfait de la comédie romantique de base (on s’étonne d’ailleurs qu’il n’y ait pas Hugh Grant au générique !) : les deux êtres s’effleurent la main dans un magnifique ralenti (voilà que Kaige se prend pour John Woo !), se regardent et, comme par hasard (vous vous en doutez), c’est le coup de foudre. Alice plaque sa petite vie tranquille (et son mari par la même occasion) et part avec cet alpiniste ténébreux (ne vous demandez pas ce que vient faire l’alpinisme dans tout ça, on ne le saura pas !) : c’est alors le début d’une violente passion. Mais c’est surtout l’occasion pour Chen Kaige d’enchaîner quatre ou cinq scènes d’amour, à grands renforts de plans érotiques, à la limite du sadomasochisme ! L’ampleur de la mise en scène dont faisait preuve le réalisateur dans ses films précédents fait ici place à une succession de scènes souvent très drôles (involontairement !) et à des dialogues type série B (et encore !). Malheureusement, les acteurs ne sont pas là pour relever la mise : Heather Graham se contente de faire ce qu’elle peut (c’est-à-dire pas grand-chose), tandis que Joseph Fiennes se la joue acteur de composition en axant son jeu sur les expressions du visage et nous fait, par là même, bien rire à chacune de ses apparitions !

Chen Kaige signe ici son pire film ; sorte d’érotico-thriller mal ficelé, Feu de glace n’est rien moins qu’un concentré de poncifs. Avis aux amateurs !