Elle s'appelle Sabine

Film français de Sandrine Bonnaire


Sélection Quinzaine des Réalisateurs Cannes 2007


Par Henri Lanoë
 
Sortie le 30-01-2008

Durée: 1h25

 

La détresse

Présenté à la Quinzaine des Réalisateurs et diffusé cet automne à la télévision, ce très émouvant premier film de Sandrine Bonnaire sort enfin en salle. Il trace le portrait attachant de la soeur de l’actrice, autiste, dont le handicap s’est lourdement aggravé par une prise en charge médicale apparemment défaillante.

Filmée depuis des années par une soeur attentive et aimante, Sabine adolescente était une jeune fille au comportement presque normal, aimant les voyages et douée pour la musique qui est ressortie broyée d’un long séjour en hôpital psychiatrique. Elle a retrouvé aujourd’hui un peu d’équilibre grâce aux soins attentifs d’un foyer d’accueil en Province. Ce film militant dénonce les résultats d’une hospitalisation inadaptée et rend hommage au dévouement du personnel du centre qui prend soin désormais de Sabine.

Ce témoignage plein de tendresse est constitué de home movies accumulés depuis des années et transformés en un véritable long-métrage grâce à un montage sobre et efficace. Sandrine Bonnaire, qui tient la caméra, n’apparaît pratiquement jamais dans l’image, mais sa présence vocale, tout au long du film, nous fait mesurer tout l’amour qu’elle porte à la malheureuse Sabine qui redoute, de façon lancinante, d’être abandonnée. En plus du grand talent qu’on connaissait, Sandrine Bonnaire prouve qu’elle a aussi un coeur énorme.