BenX

Film belge de Nic Balthazar

Avec Greg Timmermans, Laura Verlinden


Prix oecuménique (festival films du monde)


Par Baptiste Jacomino
 

 

L'enfer, c'est les autres

Ben est différent. Sa vie abonde en rituels étranges. Il semble vivre dans son propre univers, qui est, pour plus de la moitié, l’univers virtuel des jeux PC en ligne. La vie réelle et dure de l’école technique est pour lui chaque jour, de nouveau, l’enfer. Ben a un plan : le meurtre! C’est à ce moment que son amie virtuelle, Scarlite, entre dans sa vie… Oui, moi aussi, je ne trouvais pas le résumé très attirant !

Sans donner un chef-d’œuvre mémorable, Nic Balthazar réussit un tour de force : faire un film sur l’exclusion et l’autisme sans céder à la tentation de la mièvrerie bien-pensante. Le début du scénario aurait pu convenir à un épisode de L’instit’. Mais le film accroche son public, grâce à une utilisation efficace de la caméra subjective, une très jolie actrice belge, quelques moments de suspense, et une fin de scénario assez surprenante.

Je suis allé voir ce film avec tous mes élèves de Troisième et de Seconde. Une faible majorité y a reconnu un univers et des préoccupations familières. Certains disent même en avoir tirer des enseignements moraux – ce film a donc bien mérité son prix du jury oecuménique !

BenX pourrait illustrer les thèses de René Girard. Une société scolaire y est fondée sur le mimétisme et l'acharnement contre un bouc-émissaire. Mais une figure très explicitement christique vient révéler au monde l'innocence du bouc-émissaire.