Deux vies plus une

Film français de

Avec Emmanuelle Devos, Gérard Darmon, Jocelyn Quivrin





Par Laure Becdelièvre
 
Sortie le 17-10-2007

Durée: 1h30

 

Devenir ce que l’on est

Rien de très révolutionnaire dans cette comédie à la française pimentée d’humour juif et de parisianisme doux-amer. Et pourtant, sans crier gare, le premier long métrage de l’actrice Idit Cébula fait son petit chemin dans nos têtes pleines de rêves refoulés.

Prise en étau entre son mari protecteur, son métier d’institutrice et une mère juive qui porte bien son nom, Eliane se met à caresser le rêve d’une vie un peu plus épanouie. Une vie d’écrivain, avec un ordinateur, un bel éditeur, et tout ce qui s’ensuit… Rien n’est fait a priori pour surprendre dans cette trame narrative qui se noue autour d’un personnage à la croisée des chemins. Et pourtant, on se laisse peu à peu entraîner dans ce film sensible et improbable, qui ne fait jamais rire exactement au moment où l’on s’y attend, mais distille son humour toujours avec un peu de retard ou d’avance, dans les temps de flottements qui encadrent les situations.

On est souvent pris à contre-pied dans Deux vies plus une. La subtilité n’émane pas des traits, souvent grossiers, avec lesquels la réalisatrice brosse ses personnages, mais des vivantes relations, fugaces ou intenses, qui font les situations. Si l’alchimie prend, c’est grâce à l’élégance du jeu des trois interprètes principaux : Emmanuelle Devos, Gérard Darmon et Jocelyn Quivrin réussissent à faire de scènes parfois bancales de délicieux instantanés humains. Au fond, Deux vies plus une est comme les carnets illustrés d’Eliane : un herbier de collages et de dessins au gros feutre qui veulent toujours dire quelque chose, et font du miel de la mélancolie.