Le scaphandre et le papillon

Film français de Julian Schnabel
Adaptation du roman éponyme de Jean-Dominique Bauby

Avec Mathieu Almaric, Emmanuelle Seigner, Marie-Josée Croze





Par Anaïs Jurkiewicz-Renevier
 
Sortie le 23-05-2007

Durée: 1h52

 

Envolée

Jean-Do, rédacteur en chef du magazine Elle est victime d'un accident cardio-vasculaire. Après trois semaines de coma, il se réveille prisonnier de son corps : il est totalement paralysé, seul son oeil gauche peut bouger. C'est par lui qu'il va devoir ré-apprendre à communiquer, à s'exprimer, et ce jusqu'à écrire un livre... Le scaphandre et le papillon est l'une des plus belles évasions à laquelle un spectateur de cinéma puisse assister. Figé dans le corps inerte du protagoniste et prisonnier de son regard par une caméra souvent subjective, il ressent une souffrance difficilement concevable. En prenant le parti de nous faire passer une grande partie du film dans la peau du personnage, Julian Schnabel fait un pari risqué et intelligent. Il parvient, sans jamais profiter de l'émotion pour provoquer la pitié, à faire recevoir le propos de son film à un spectateur attentif et concerné. Ce propos tiré du livre, juste et bouleversant, est mis en valeur par une mise en scène qui mérite absolument le prix cannois. La voix off, les flash back, la BO rock... Tout est choisi pour assembler les pensées confuses du "héros", ses souvenirs de Berck et d'ailleurs, la réalité de l'hôpital maritime où il a échoué, un Ninjinski ou une impératrice Eugénie hantant imaginairement ses couloirs... Tout se mêle sans s'emmêler, et le spectateur ressort sans conteste de la salle avec une vision modifiée du monde qui l'entoure.