Jacquou le croquant

Film français de Laurent Boutonnat

Avec Gaspard Ulliel, Marie-Josée Croze, Albert Dupontel





Par Anaïs Jurkiewicz-Renevier
 
Sortie le 17-01-2007

Durée: 2h30

 

Frise ridicule

En 1815, alors qu’il est encore petit garçon, Jacquou perd son père, paysan envoyé au bagne par le terrible comte de Nansac. Sa mère en meurt de chagrin. Jacquou grandit sous la protection d’un curé, pendant que s’installe en lui un désir de vengeance.

Jacquou le croquant, premier long métrage de Laurent Boutonnat, réalisateur de clips musicaux, est un beau film, c’est-à-dire que les images sont belles. Passé le cadre visuel, Jacquou est une farce, une farce bien vide que le réalisateur tente désespérément de remplir, soit avec une musique assommante, soit avec des dialogues plats. En matière de vide et de plat, le scénario n’est pas non plus épargné : incohérences, longueurs, rebondissements convenus… Les acteurs eux-mêmes ne semblent pas convaincus par cette mise en scène pompeuse et ne nous transmettent rien, ils vont même jusqu’à se ridiculiser.

En somme, si on peut trouver plaisantes certaines approches techniques, le film n’a aucun intérêt.