Le Serpent

Film français de Eric Barbier

Avec Yvan Attal, Clovis Cornillac, Pierre Richard, Simon Abkarian





Par Henri Lanoë
 
Sortie le 10-01-2007

Durée: 1h59

 

Frime et châtiment

En 1990, précédé d’une flatteuse réputation de jeune génie, Eric Barbier tourne un premier long métrage ambitieux, Le Brasier, inspiré par les émigrés polonais du nord de la France dans les années 30 : le cinéma français tenait là son Orson Welles. Hélas, le public n’était pas au rendez-vous et le film fut un échec. Honnêtement, le réalisateur convient aujourd’hui avoir fait beaucoup d’erreurs. Il le paya cher : dix années d’interruption jusqu’à ce que l’envie de recommencer l’aventure prenne le dessus avec Toreros, drame consacré au milieu tauromachique.

Six autres années passent… Eric Barbier nous propose aujourd’hui Le Serpent, thriller noir décrivant le harcèlement subi par un photographe victime d’un psychopathe qui assouvit une vengeance remontant à l’enfance. Le film est brillant et sophistiqué mais, devant un parcours professionnel aussi intermittent, on a des scrupules à émettre des réserves qui risqueraient de paralyser ce réalisateur durant d’autres longues années. Je dirai seulement que l’outrance généralisée qui caractérise chaque élément composant le Serpent (situations, personnages, cadrages, musique) m’a certainement empêché d’apprécier ce récit comme il le mériterait et je le regrette. Cela ne signifie pas qu’un nombreux public, amateur de tortures mentales chic et choc, n’y puisse trouver plaisir. C’est ce que je souhaite sincèrement à ce réalisateur méconnu mais pugnace.