La flûte enchantée
The Magic flute

Film anglais de Kenneth Branagh
Adaptation de l'opéra de Wolfgang Amadeus Mozart

Avec Joseph Kaiser, Amy Carson, Benjamin Jay Davis





Par Laure Becdelièvre
 
Sortie le 13-12-2006

Durée: 2h13

 

Une flûte bien désenchantée

Trente ans après Ingmar Bergman, Kenneth Branagh s’attaque à l’illustre opéra de Mozart et chef-d’œuvre du théâtre lyrique populaire, La flûte enchantée. Le pari était pour le moins ambitieux et téméraire ; rien qui pût décourager Kenneth Branagh, spécialiste de l’adaptation au cinéma du non moins grand Shakespeare. Mais si le réalisateur anglais a su par le passé se montrer inspiré, La flûte enchantée est un échec caractérisé.

Malgré quelques compositions intéressantes, on sent un Branagh obnubilé par l’audace de son entreprise et la nécessité de se montrer original à tout prix. A sans cesse vouloir proposer mille (mauvaises) trouvailles et effets, la mise en scène est brouillon, et même, disons-le, kitschissime. Sans compter les tableaux qui, davantage que ratés, sont tout simplement laids (on pense au gros plan de profil sur la bouche de la Reine de la Nuit, totalement anti-féerique). Ce que ne vient pas sauver l’interprétation, souvent surjouée (le play-back y est sans doute pour quelque chose), pas plus que le pacifisme larmoyant du film, qui laisse de marbre.

Et pourtant, on devine le plaisir pris par Branagh à la réalisation de cette adaptation. Mais, face à l’universelle et jubilatoire évidence de la musique de Mozart, les confuses visions de l’imaginaire branaghien s’adonnent à un plaisir bien solitaire. Le film en vient même à aplatir la musique, en la plaquant sur les deux dimensions de l’écran. A trop vouloir occuper le regard par son orgie d’images, l’adaptation de Branagh empêche l’esprit de s’envoler et la musique en perd tout son sublime. Pire, elle est réduite à la fonction d’une musique de publicité : une sympathique illustration sonore magnifiée par le plaisir de reconnaissance, qu’on peut au mieux siffloter dans la rue au sortir de la séance.